portland independent media center  
images audio video
newswire article creative global

arts and culture

Paraphysique de l'empiriocriticisme

L'expression libérée des conditionnements...
" La révolte explosa comme un coup de tonnerre dans un ciel calme. Les gars se jetèrent
sur les télévisions et les balancèrent dans le vide, le kiosque des matons dans le bâtiment
vola en éclat, une veste d'uniforme oubliée fut lacérée. L'effervescence s'étendit comme
une traînée de poudre. Tous voulaient que nous ouvrions les portes et les gars
s'éparpillaient pour investir toute la taule. "

Beau comme une prison qui brûle ( Kyou, 2015 )

10 mars 1969, à 19 heures
Du détournement situationniste, pur bonheur
Une remise sur son socle
Vide, c'était une horrible cloque
La statue de feu ( 1772 - 1837 ) Charles Fourier
Dès le lendemain, elle fut enlevée
" En hommage à Charles Fourier
De la rue Guy-Lussac, des barricadiers "
Par la préfecture de police
Experte pour le coup de vice
Et qu'est donc devenue
Oui, elle est devenue quoi, cette statue ?
Celle d'origine fut la réalisation
D'un anarchiste pour la révolution
De feu ( 1867 - 1938 ) le sculpteur Emile Derré
Tout est déjà présent dans le passé
D'ailleurs
Le fascisme est toujours à l'heure
Ainsi, le 11 octobre 1941, à Vichy
C'était l'horloge à l'heure nazie
Toutes les statues furent enlevées
Celles qui avaient un air de liberté
Desmoulins, Voltaire, Zola, Rousseau
Claude Bernard, Charcot, et d'autres zigotos
Pour le fascisme, tout est du même tonneau !
Pour en revenir à cet exemplaire détournement
Qui fut réalisé comme en passant
Il y avait dans la fine équipe
De la mouvance situationniste, une joyeuse clique
" Jacques Le Glou, François de Beaulieu
Christian Sebastiani, pour mettre le feu "
Ce qui semble d'un autre temps
Quand la soumission fige les gens
En nos jours toujours nazifiés
Quand il y a si peu de solidarité
Tant de crapules qui passent à la télé
Et même la légion d'honneur, pour le ministre d'un pays
Pays qui finance le terrorisme islamique, Hollande est un pourri !
De la raison, la parole est confisquée
Et une jeunesse si peu cultivée
Et une jeunesse si peu politisée
Dans la hiérarchie
Elle veut s'élever
Dans la hiérarchie de l'inhumanité
Chaque génération avec son conditionnement
C'est dans la tête, le vrai changement
La société est un livre de polar
Pour survivre, devenir un salopard !
Le polar
Dont l'origine remonte à 1841
Feu ( 1809 - 1849 ) Edgar Allan Poe, si devin
" Double assassinat dans la rue Morgue "
Et son fameux détective si malin, Dupin
Tout modernisme s'habille à Pompéi
Tout modernisme
N'est qu'un ancien pipi
Mais le pire est à venir
Pour l'espèce humaine
Il n'y a aucun avenir
C'est déjà le premier qui tire
Aucune relation humaine
Dans la marchandise, seulement la haine
C'est ainsi, que dans un pays
Que l'on nomme les Etats-Unis
270 millions d'armes à feu
L'inhumanité peut toujours faire mieux
Des armes qui tuent ou blessent, et ce chaque année
Cent mille personnes, en toute normalité
Et comme en France, le policier a le permis de tuer !
Il n'y a pas de démocratie
Mais la dictature de divers partis
La seule véritable course
C'est celle de la Bourse
La guerre des métaux
Car pour la technologie, il en faut
Terres rares du minerai pas beau
Europium, terbium, samarium
Cérium, gaddinium, lutécium
Tout cela pollue l'environnement
Pollution indélébile, malheureusement
Dans nos mobiles, nos ordinateurs, d'autres planques
Dans nos billets de banque
De l'économie c'est le nouveau tank
La Chine en est le principal producteur
Chine usine du monde, au capitalisme, se met à l'heure
Et de l'air toxique
Des sols pollués, au tout chimique
Et tout un réseau de recyclage
De l'industrie, tout est du tueur à gages
L'industrialisation du déchet
Le déchet de l'industrialisation
Terres rares, donc surtout en Chine
Pourtant à la terre, de véritables mines
Mais aussi
Dans quelques autres pays
Afrique du Sud, Canada, Australie
Du charbon au pétrole
Du pétrole aux terres rares, de nouvelles idoles !
Et puis, les éoliennes, fausse solution
En tous domaines, il faut une révolution
Revoilà le mur de Kardashev
Qui de toute réflexion devrait être la sève
L'espèce humaine n'est pas intelligente
Elle est simplement mémorisante
Les machines ne sont pas intelligentes
Elles sont simplement prodigieusement mémorisantes
Il n'y a que de la mémoire artificielle
Il n'y a pas d'intelligence artificielle
De la plupart des gens
Cette constatation ne rentre pas dans le signifiant
Car cela est trop déstabilisant
Nous sommes les produits
De l'engrammation capitaliste, c'est pourtant ainsi
Toute simple vérité
Si elle n'est pas récupérée
Fait fuir toutes les diverses bourgeoisies
Il n'est pas loin le jour où tout sera fini !
Quand il y a si peu de solidarité sociale
Peut-être encore un peu de solidarité familiale
La vie est devenue une guerre, un combat
De la chair à canon
De feu Chateaubriand, une expression
En rapport ( 1807 ) à la bataille d'Eylau, une boucherie, déjà
Car dans nos institutions
C'est toujours la dictature Napoléon
Toujours des épopées coloniales
Plus que militaires, surtout l'économie fasciste libérale
De nouvelles stratégies
D'une façon autre que la guerre d'Algérie
Avec des prisonniers français
Aux mains des indépendantistes algériens
1954/1962, cela ne finissait jamais
L'indépendance de l'Algérie, cela n'était pas rien
Un prisonnier français sur trois
Ne survécut pas à sa captivité
Que le prisonnier algérien, pourtant mieux traité
Faire des prisonniers comme une stratégie
Pour compenser une faiblesse militaire, c'est ainsi
Car pour des appelés et des engagés français
L'Algérie était pays déjà conquis, c'est un fait
Il y avait le valeureux soldat français
Il y avait le hors-la-loi algérien
De cette propagande, de nos jours, l'on rit
La propagande cela n'est pas rien !
La propagande est une marchandise
La marchandise est une propagande
Et bien malheureusement
Comme une loi de conditionnement
L'oppressé devient à son tour oppresseur
Du tyran, il reprend son heure
Du tyran, il reprend le langage
Les mêmes mots, les mêmes armes, dans son bagage
De la reproduction
De l'imitation
De l'individu à la société
Sans cesse, tout est répété
Et même dans des mondes parallèles
Peut-être toujours les mêmes ailes
De nouvelles religions
De nouvelles illusions
C'est bien ici et maintenant
Qu'il faut l'expression libérée des conditionnements
Pour en finir avec toutes les prisons
Comme le dirait le mensuel " L'envolée ", cette bouffée de révolution
La prison du monde
Le monde de la prison
Même survivre devient de plus en plus difficile
De la soumission générale, il faut prendre la file
Comme pour la malbouffe qui se mondialise
Le tout industriel qui se banalise
Des centres commerciaux pour produire de l'obésité
Pour la bouffe pour pauvres, une normalité !
Au Brésil
Une personne sur deux est en surpoids
Une personne sur sept est obèse, nouvelle loi
En Inde
1 milliard 270 millions de gens
Bouffe sursaturée en graisse, en sucre, c'est dégoûtant
Pour les pauvres, surtout, c'est évident
Des frites, des pizzas, le tout dégueulasse
Du dégueulassement bon, dans l'inhumanité, TOUT est à mettre à la casse !
Un autre petit exemple en France
Quand le capital est en transe
Pendant un assez long temps
Pour les trains régionaux, le ticket de transport était valable
Au moins trois mois, c'est une semaine maintenant
Sous le règne du capital, rien n'est durable
Et tout, bien sûr, est à l'avenant
De nouveaux territoires
De nouvelles inégalités en pleine gloire
Phagothérapie capitaliste, virus des bactéries
Mais surtout le virus contre toute vie
Tous les jours, toutes les heures, il se reproduit
Et maintenant, une mode inédite
Sur Internet, l'on vérifie tout ce que vous dîtes
Et toutes les vis resserrées
Il n'y a plus aucune liberté
Toutes les aides sociales sont menacées
Tous les acquis sociaux sont gommés
Tous les pouvoirs aux policiers
Tous les pouvoirs aux mains de l'armée
Tout Etat est policier
Dans le monde entier, c'est la superficialité, c'est la dictature des marchés !

Patrice Faubert ( 2016 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien (  http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway index "

"The revolt exploded like a thunderclap in a calm sky.
on the televisions and swing them in the void, the kiosk of the matons in the building
burst into flames, a forgotten uniform jacket was lacerated. The effervescence spread like
a trail of powder. All wanted us to open doors and guys
scattered to invest the whole jail. "

Beautiful as a burning prison (Kyou, 2015)

March 10, 1969, at 7 pm
Situational diversion, pure happiness
A discount on its base
Empty, it was a horrible blister
The statue of fire (1772 - 1837) Charles Fourier
The next day she was abducted
"In tribute to Charles Fourier
From Guy-Lussac street, barricadiers "
By the police prefecture
Expert for the blow of vice
And what has become of
Yes, she became what, this statue?
The original one was the realization
From an anarchist to the revolution
Fire (1867 - 1938) the sculptor Emile Derré
Everything is already present in the past
Moreover
Fascism is always on time
Thus, on October 11, 1941, in Vichy
It was the clock in the Nazi hour
All the statues were removed
Those who had an air of freedom
Desmoulins, Voltaire, Zola, Rousseau
Claude Bernard, Charcot, and other zigotos
For fascism, everything is the same cask!
To return to this exemplary diversion
Which was realized as in passing
There was in the fine team
From the situationist movement, a happy clique
"Jacques Le Glou, François de Beaulieu
Christian Sebastiani, to set fire "
What seems from another time
When submission freezes people
In our days still Nazi
When there is so little solidarity
So many scoundrels on TV
And even the legion of honor, for the minister of a country
Country that finances Islamic terrorism, Holland is a rotten!
Of the reason, speech is confiscated
And a youth so little cultivated
And a youth so little politicized
In the hierarchy
She wants to climb
In the hierarchy of inhumanity
Each generation with its conditioning
It's in the head, the real change
The company is a polar book
To survive, become a bastard!
The polar
Whose origin dates back to 1841
Fire (1809 - 1849) Edgar Allan Poe, so diviner
"Double murder in the street Morgue"
And his famous detective so smart, Dupin
All modernism gets dressed in Pompeii
All modernism
Is only an old pee
But the worst is yet to come
For the human species
There is no future
He's already the first to shoot
No human relationship
In the commodity, only hatred
This is so, that in a country
That's called the United States
270 million firearms
Inhumanity can always be better
Weapons that kill or injure each year
One hundred thousand people, in all normalcy
And as in France, the policeman has the license to kill!
There is no democracy
But the dictatorship of various parties
The only real race
It's the stock market
The war of metals
Because for technology, it takes
Rare earth ore not beautiful
Europium, terbium, samarium
Cerium, gaddinium, lutetium
All this pollutes the environment
Indelible pollution, unfortunately
In our mobiles, our computers, others hideouts
In our banknotes
Economy is the new tank
China is the main producer
China factory of the world, to capitalism, gets on time
And toxic air
Polluted soils, all chemical
And a whole network of recycling
From the industry, everything is hired killer
Industrialization of waste
The waste of industrialization
Rare earth, so especially in China
Yet to the land, real mines
But also
In some other countries
South Africa, Canada, Australia
From coal to oil
From oil to rare earths, new idols!
And then, wind turbines, false solution
In all areas, you need a revolution
Here is the wall of Kardashev
Who of all thought should be the sap
The human species is not intelligent
She's just memorizing
Machines are not smart
They are simply amazingly memorable
There is only artificial memory
There is no artificial intelligence
From most people
This observation does not fit into the signifier
Because this is too destabilizing
We are the products
Of the capitalist engrammation, it is thus
Any simple truth
If it is not recovered
Drives all the various bourgeoisies
It is not far the day when everything will be finished!
When there is so little social solidarity
Maybe a little family solidarity
Life has become a war, a fight
Cannon fodder
From the late Chateaubriand, an expression
In relation (1807) to the battle of Eylau, a butchery, already
Because in our institutions
It's still the dictatorship Napoleon
Still colonial epics
More than military, especially the liberal fascist economy
New strategies
In a way other than the Algerian war
With French prisoners
In the hands of Algerian independenceists
1954/1962, that never ended
The independence of Algeria, it was not nothing
One in three French prisoners
Does not survive his captivity
That the Algerian prisoner, yet better treated
Make prisoners like a strategy
To compensate for a military weakness, this is how
Because for French conscripts
Algeria was already conquered country, it's a fact
There was the brave French soldier
There was the Algerian outlaw
From this propaganda, nowadays, we laugh
Propaganda is not nothing!
Propaganda is a commodity
The commodity is a propaganda
And unfortunately
As a conditioning law
The oppressed becomes in turn oppressor
From the tyrant, he resumes his time
From the tyrant, he takes up the language
The same words, the same weapons, in his luggage
Reproduction
Imitation
From the individual to society
Constantly, everything is repeated
And even in parallel worlds
Maybe always the same wings
New religions
New illusions
It's good here and now
That the expression released from the conditionings is necessary
To finish with all the prisons
As the monthly "L'vololée" would say, this breath of revolution
The prison of the world
The world of prison
Even surviving becomes more and more difficult
From the general submission, we must take the queue
As for the junk food that is globalizing
The industrial whole that becomes commonplace
Shopping malls to produce obesity
For the food for the poor, a normality!
In Brazil
One in two is overweight
One in seven is obese, new law
In India
1 billion 270 million people
Food supersaturated in fat, sugar, it's disgusting
For the poor, especially, it's obvious
French fries, pizzas, all disgusting
Disgusting good, inhumanity, everything is to be scrapped!
Another small example in France
When capital is in trance
For a long time
For regional trains, the transport ticket was valid
At least three months is a week now
Under the rule of capital, nothing is sustainable
And all, of course, is to match
New territories
New inequalities in full glory
Capitalist Phagotherapy, Bacterial Virus
But especially the virus against all life
Every day, every hour, it reproduces itself
And now, a new fashion
On the Internet, we check everything you say
And all the tightened screws
There is no longer any freedom
All social assistance is threatened
All social achievements are erased
All powers to the police
All powers in the hands of the army
Every state is a police officer
In the whole world, it is the superficiality, it is the dictatorship of the markets!

Patrice Faubert (2016) puète, peuete, pouete, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/) Pat says the guest