portland independent media center  
images audio video
newswire article creative global

arts and culture

Paraphysique de manipulation mentale et sociale

Tout est manipulé...
Atrazine, chlorpyrifos
Toute une vermine
En France, les pesticides
De l'agriculture intensive, une sorte de génocide
Syngenta, Bayer, Monsanto
Dow, Basf et Dupont, des fléaux
Des multinationales du crime
Avec des cancers infantiles cela rime
Des anomalies à la naissance
Troubles hormonaux, infernale cadence
Pour le capital seul importe la finance
La France est le pays le plus touché
En ce domaine, c'est le plus arriéré
Pas vraiment de quoi s'étonner
Car cela ressort d'une mentalité
Qui pour toutes les droites ne sait que voter
Au lieu de produire autrement
Avec enfin des paysans conscients
Au lieu de s'en remettre à un gouvernement
Mais c'est dans le monde entier
Que la culture agricole est uniformisée
Une aubaine pour les virus et les parasites
Avec le capitalisme comme seul site
Avec le capital pour seul rite
En France, ce sont les Pays de la Loire
Par les pesticides, les plus touchés
Même si l'on refuse de le croire
Une région entière est ainsi sacrifiée !
Ailleurs dans le monde
Virus et parasites font une ronde
Et les bananes sont détruites
Elles en sont toutes contrites
Tropical Race 4 ( TR4 )
Le capital toujours démérite
Le fascisme libéral ne se veut d'aucune limite
Au capitalisme rien ne résiste
Malgré une belle résistance qui insiste
Comme la résistance aux antibiotiques
Qui chaque jour fait sa gymnastique
Antibiotiques
De moins en moins efficaces
Finalement, à force d'en dilapider les traces
Et c'est à partir d'animaux
Du poil du paresseux, du sang d'alligator, bave du dragon de komodo
Dans les grottes, dans la canopée
Pour de nouveaux médicaments, les fabriquer
En attendant
Cela peut revenir comme avant
Avant feu ( 1881 - 1955 ) Alexander Fleming, ce savant
Des maladies redevenant mortelles
La vie pas forcément plus belle
Une nouvelle ère cynique
Une ère post-antibiotique !
Le processus, déjà
Depuis les années 1950, consensus
Et maintenant, au Canada
12000 personnes meurent de cela
Chaque année, par la résistance aux antibiotiques
Quand des médicaments ne sont plus magiques
Pour la santé humaine cela devient tragique
De trop les utiliser
Ils perdent toute efficacité !
De toutes façons
Du capitalisme, de l'étatisme, c'est la rançon
Et 80 pour cent des antibiotiques produits
Servent pour l'élevage industriel, c'est ainsi
Pour engraisser les animaux
Contre les maladies, la surpopulation, c'est idiot
L'élevage industriel produit de la maladie
Qui est à l'image de nos propres vies
Les capitalistes ne sont que mépris et haine
Qui se fichent de la vie humaine
Et ces gredins affichent même une mine sereine
Même la télévision dit que c'est mal
Sans jamais dire, bien sûr, que c'est inhérent au capital
Comme une infection
Que l'on ne pourrait plus soigner
Ne rien pouvoir y faire, simplement la déplorer !
Les effets du capital, la télé les dénonce
Mais pour les causes, elle y renonce
Tout procède
De la manipulation mentale
Tout procède de la manipulation sociale
Comme les effets sociaux du toucher
Mise en confiance, recrutement
Dans les sectes, c'est un argument
Partout ailleurs
C'est plutôt l'haptophobie
Sauf pour les bébés et les enfants
Là c'est avant tout l'haptonomie
Le toucher, créer du lien, de l'empathie
De l'ocytocine, toute une biochimie
Car cela dégage de l'énergie
En effet, la peau, c'est vingt pour cent
De chaque corps, l'être humain est ignorant
Pouvoir émotionnel des massages et des caresses
Jusqu'à l'ultime intime des fesses
Selon les époques, les pays, les cultures
Tout s'apprenant, rien n'étant de nature
L'haptonomie et son effet Midas
Où tout devient un as
Des épaules, des bras, pour le quidam
Pour l'intimité, les organes génitaux, miam-miam
Mais il y a aussi le toucher hiérarchique
Du dominant au dominé, comme un tic !
Ainsi
Le toucher peut-être de bienveillance
Ainsi
Le toucher peut-être de contrôle, de malveillance
Un toucher de mépris, de condescendance
Non pas, le toucher d'empathie pour l'aisance
Comme en tout
Comme pour tout
Le capital sait tout utiliser
Pour tout contrôler, pour tout manipuler
Manipulation sociale, manipulation mentale
Sont les deux mamelles du capital !
Ainsi en France
Sans que cela soit une évidence
L'on peut déjà en prendre des paris
Car petit à petit
Les pouvoirs policiers et judiciaires
Pourraient être transférés aux militaires
C'est déjà dans l'air
De l'Etat d'urgence à l'Etat de siège
L'on en prépare déjà les sièges
Et puis le président de chaque pays
Est le chef des armées, on ne peut en faire fi
Sauf au Costa Rica
Mais c'est un autre débat
Il faut de nouveaux peptides
Au système, il faut être perfide
Comme une poésie médicale, scientifique et politique
Comme une poésie économique et de révolte sociale !
Il faudrait la vie
Avec la voix de feu ( 1932 - 2006 ) Anna Moffo
Cette américaine si grande soprano
Avec sa légendaire beauté d'origine italienne
Comme une vocalise de Rachmaninov
C'est une allégorie
De la magnificence de l'anarchie
Les êtres humains supportent l'insupportable
Dans le monde, tant de choses sont jetables
Et tous les pauvres gens
Et nous sommes tous et toutes de pauvres gens
Avec ou sans argent
Rien n'est vraiment si différent
Et ce sont les migrantes et les migrants
Par exemple, qui partent de l'Afghanistan
Des milliers de kilomètres
Pour espérer dans l'ailleurs, peut-être
De la Grèce via la Turquie
Enfin Paris, via l'Espagne ou l'Italie
Des mois à endurer le pire
Comme c'est facile de l'écrire
Pour que les plus chanceuses ou chanceux
Dorment par terre comme pouilleuses et pouilleux
Qui veut vraiment, profondément, que le monde change ?
Question rarement posée, c'est étrange !
Et puis le racisme
Ne produit que du racisme
Il n'existe pourtant aucune race
Mais des populations, certes, cela agace
Néanmoins
Cela devient une identité politique
Néanmoins
Cela devient une identité sociale, c'est tragique
Phénomène de la reproduction
Reproduction du phénomène
De ce que l'on entend
De ce que l'on voit
Ce qui nous entend
Ce qui nous voit
Comme seule église, comme seule foi !
Cependant que, comme notre planète Terre
Nous sommes du gaz, de la poussière
Sur la troisième planète de notre système solaire
Notre Terre
Fer : 32 pour cent Oxygène : 30 pour cent
Silicium : 16 pour cent Magnésium : 15 pour cent
Soit 93 pour cent
Et le reste : Hydrogène, aluminium
Un peu de sel, du calcium
La Terre pèse 6000 quadrillions de kilos
C'est à dire un tas de zéro
Et l'indispensable glu des forces électrostatiques
De la gravitation sans polémique !
Des astéroïdes et des météorites
Qui sculptent les mondes
Toujours cent tonnes par jour, sans peine
Des restes météoritiques, un gramme de moyenne
Partout, la force gravitationnelle de la matière noire
Qui maintient les galaxies en place
Pour l'instant, de visible, aucune trace
Une toile d'araignée ADN comme une foire
Pour l'étoile, de l'hydrogène en hélium
Du carbone et de l'oxygène, c'est aussi de l'homme
Et voici de la lumière
Pour éclairer tout l'Univers, peut-être Multivers
L'étoile dans l'humanité, l'humanité dans l'étoile
Mais nombreux niveaux d'organisation, nombreuses voiles
Toile d'araignée ADN de la matière noire
Pour l'humanité, un transfert, pour le grand soir
Un autre voyage par la pure pensée
Qu'il serait enfin décent d'appliquer
Comme abolir toutes les propriétés
Comme se gausser de toutes les célébrités
Car c'est totale absence de lucidité
Pour enfin tout se donner, tout se partager
Par personne, ne plus être représenté
Abolir toutes les autorités
Car chaque être humain est fait de l'Univers
L'Univers est fait de tous les humains
En réalité
Les êtres humains encore si inhumains
Ne se sont pas encore rencontrés, c'est très vilain
Dans la prison des fausses idées
Dans la prison des religions, des croyances, des idéologies
D'autres mondes, d'autres êtres, c'est une fumisterie
Que l'espèce humaine, d'abord, s'aime
Car depuis des millénaires, la haine est son seul thème !

Patrice Faubert ( 2016 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien (  http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway index "

Atrazine, chlorpyrifos
A whole vermin
In France, pesticides
Intensive farming, a kind of genocide
Syngenta, Bayer, Monsanto
Dow, BASF and Dupont, of the plagues
Multinationals of the crime
With infantile cancers that versifies
Anomalies with the birth
Hormonal disorders, infernal rate
For the capital alone finance imports
France is the country more affected
In this field, it is latest
Not really of what to be astonished
Because that comes out from a mentality
Who for all the lines can only vote
Instead of producing differently
With finally of the conscious peasants
Instead of relying on a government
But it is in the whole world
That the agricultural culture is standardized
A windfall for the viruses and the parasites
With capitalism like only site
With the capital for only rite
In France, they are the Loire Regions
By the most touched pesticides,
Even if one refuses to believe it
A whole area is thus sacrificed!
Elsewhere in the world
Viruses and parasites make a round
And the bananas are destroyed
They all are contrite
Tropical Race 4 (TR4)
The capital always demerit
Liberal Fascism wants to be of no limit
Capitalism nothing resists
In spite of a beautiful resistance which insists
Like resistance to antibiotics
Who each day makes his gymnastics
Antibiotics
Less and less effective
Finally, by waste the traces of them
And it is starting from animals
Hair of lazy, blood of alligator, dribbles of the dragon of komodo
In the caves, the canopy
For new drugs, to manufacture them
While waiting
That can return like front
Before fire (1881 - 1955) Alexander Fleming, this scientist
Diseases becoming again mortals
Life not inevitably more beautiful
A new cynical era
One era post-antibiotic!
The process, already
Since the years 1950, consensus
And now, in Canada
12000 people die of that
Each year, by resistance to antibiotics
When drugs are not magic any more
For the human health that becomes tragic
To use them too much
They lose any effectiveness!
In any case
Capitalism, state control, it is the ransom
And 80 percent of produced antibiotics
Are useful for the industrial breeding, it is thus
To fatten the animals
Against the diseases, overpopulation, it is idiotic
The produced industrial breeding of the disease
Who is with the image of our own lives
The capitalists are only mistaken and hatred
Who card-index human life
And these rascals display even a serene mine
Even television says that it is badly
Without never saying, of course, that it is inherent in the capital
Like an infection
That one could not look after any more
There nothing to be able to make, simply to deplore it!
The effects of the capital, the TV denounces them
But for the causes, it gives up it
All proceeds
Mental handling
All proceeds of social handling
Like the social effects of the touch
Setting in confidence, recruitment
In the sects, it is an argument
Everywhere else
It is rather the haptophobie
Except for the babies and the children
There it is before all the haptonomy
Touch, to create link, empathy
Oxytocin, a whole biochemistry
Because that releases from energy
Indeed, the skin, it is twenty percent
Of each body, the human being is ignorant
Emotional power of the massages and the caresses
To the ultimate close friend of the buttocks
According to the times, the countries, the cultures
Very learning itself, nothing not being nature
Haptonomy and its Midas effect
Where all becomes an ace
Shoulders, arms, for the fellow
For the intimacy, the genitals, yum-yum
But there is also the hierarchical touch
Dominating with dominated, like a tic!
Thus
Touch perhaps of benevolence
Thus
Touch perhaps of control, ill will
A touch of contempt, condescension
Not, touch of empathy for ease
As in all
As for all
The capital can all use
For all to control, all to handle
Social handling, mental handling
Are the two udders of the capital!
Thus in France
Without that being an obviousness
One can already take bets of them
Because gradually
Police and legal powers
Could be transferred to the soldiers
It is already in the air
Emergency State in the State of siege
One prepares of them already the seats
And then the president of each country
Is the chief of the armies, one cannot despise some
Except in Costa Rica
But it is another debate
New peptides are needed
With the system, it is necessary to be perfidious
Like a medical poetry, scientific and political
How an economic poetry and of social revolt!
The life would be needed
With the voice of fire (1932 - 2006) Anna Moffo
This American so large soprano
With its legendary beauty of Italian origin
Like a singing exercise of Rachmaninov
It is an allegory
Magnificence of anarchy
The human beings support the unbearable one
In the world, so much of things are disposable
And all poor people
And we all are and very of poor people
With or without money
Nothing is really so different
And they are the migrant ones and the migrants
For example, which leaves Afghanistan
Thousands of kilometers
To hope in elsewhere, perhaps
From Greece via Turkey
Finally Paris, via Spain or Italy
Months to endure the worst
As it is easy to write it
So that luckiest or lucky
Sleep by ground like cankered and cankered
Who really wants, deeply, whom the world changes?
Seldom asked question, it is strange!
And then racism
Only racism produces
There however does not exist any race
But of the populations, certainly, that aggravates
Nevertheless
That becomes a political identity
Nevertheless
That becomes a social identity, it is tragic
Phenomenon of the reproduction
Reproduction of the phenomenon
The EC what one hears
The EC what one sees
What hears us
What sees us
How only church, like only faith!
However that, as our planet Is in hiding
We are gas, dust
On third planet of our solar system
Our Ground
Iron: 32 percent Oxygenate: 30 percent
Silicon: 16 percent Magnesium: 15 percent
That is to say 93 percent
And the rest: Hydrogen, aluminium
A little salt, of calcium
The Earth weighs 6000 squared kilos
I.e. a lot of zeros
And the essential lime of the electrostatic forces
Gravitation without polemic!
Asteroids and meteorites
Who carve the worlds
Always hundred tons per day, without sorrow
Meteoritic remains, one gram of average
Everywhere, the gravitational force of the black matter
Who maintains the galaxies in place
For the moment, of visible, any trace
A cobweb DNA as a fair
For star, helium hydrogen
Carbon and oxygen, it is also of the man
And here of the light
To light all the Universe, perhaps Multivers
The star in humanity, humanity in star
But many levels of organization, many sails
Cobweb DNA of the black matter
For humanity, a transfer, for the great evening
Another travel by the pure thought
That it would be finally decent to apply
Like abolishing all the properties
Like mocking of all the celebrities
Because it is total absence of clearness
For finally all to be given, all to share itself
By nobody, to be represented more
To abolish all the authorities
Because each human being is made Universe
The Universe is made of all the human ones
Actually
Human beings still so inhuman
Did not meet yet, it is very unpleasant
In the prison of the false ideas
In the prison of the religions, beliefs, ideologies
Other worlds, other beings, it is a stove setting
That the mankind, initially, likes
Because since millenia, hatred is its only topic!

Patrice Faubert (2016) puète, peuète, pouète, paraphysician ( http://patrice.faubert.over-blog.com/) Stalemate says the guest on "hiway index"