portland independent media center  
images audio video
newswire article creative global

arts and culture

Sans liberté, sans égalité, sans fraternité

Fausseté généralisée...
" Ecoutez, il était très difficile de ressentir quoi que ce soit ou d'éprouver
le moindre sentiment là-bas quand vous travaillez jour et nuit au milieu
des morts, des cadavres d'hommes et de femmes, vous êtes mort, vous
ne ressentez plus rien "

Abraham Bomba ( Coiffeur pour femmes au camp d'extermination de Treblinka
avant la chambre à gaz )

Et bien la Shoah
C'est tout simplement cela
Le monde entier est une Shoah
Guerres, génocides, ethnocides, massacres divers
Depuis l'être humain propriétaire
L'histoire de toutes les guerres
Où toute paix est comme une chimère
Car depuis des milliers d'années
Dans la dominance, nos cerveaux sont engrammés
Et le malheur des gens
Et la souffrance des gens
Cela rejaillit sur d'autres gens
Il faudrait donc s'arranger
Pour l'épanouissement de chaque être humain
Presque par égoïsme stirnérien
Pour le bien-être, sur nous, l'exporter
Le bien-être de l'autre est mon bien-être
Le mal-être de l'autre est mon mal-être !
Le mal-être
Partout, on le voit paraître
De la poésie, c'est aussi
De la religion, de l'idéologie
De la peinture, de la littérature, du cinéma, mais oui
Du sport de compétition, et même de la technologie
Le mal-être accumule tous ses déchets
Partout, l'on en aperçoit tous les méfaits
Les divers chefs et diverses cheffesses, leaders, gourous
Vouloir du pouvoir, voilà la vraie folle, le vrai fou
Déchets psychologiques
Déchets nucléaires
Tout est relié, rien à faire
Contre cela, aucune clinique
Comme à Bure dans la Meuse
Région traitée comme une gueuse
Pour y enfouir des déchets radioactifs
De grande durée de vie, rien de fictif
Colis bitumeux
Tout pourrait y prendre feu
Alvéoles souterraines
De la conception malsaine
Déchets nucléaires
Déchets sous la terre
Les combustibles du déchet
Les déchets du combustible
La réversibilité d'un accident
Est l'invention du technocrate dominant
Explosion impossible ou ventilation arrêtée
L'argile ne peut tout emprisonner
Et les radioéléments peuvent se propager
Comme le MOX usé que personne ne peut plus contrôler !
Et l'on comprend
Les femmes sans le moindre enfant
Les femmes qui ne veulent pas d'enfants
Voilà bien un tabou des tabous
Parmi tous les tabous
Oui, car c'est pourtant évident
Dans un monde à feu et à sang, monde dément
Il faut adopter
Avant de procréer
L'espèce inhumaine n'est pas menacée
Pour se permettre, des pauses, mais pas la chasteté
Et ainsi ne presque plus enfanter
Car il ne manque pas d'enfants à adopter !
Et puis
Si l'espèce inhumaine disparaissait
Cela ne serait pas d'un grand regret
De toutes façons, cela arrivera, c'est un fait
Si peu de gens
De rares êtres un peu intelligents
Y veulent la vie
Y veulent donc l'anarchie
Sans aucune compétition, sans aucune hiérarchie
Et même du " je suis le plus anarchiste "
Le plus ceci ou le plus cela, toute une liste
La recherche de dominance
Est la principale de nos maladies
Absolument partout, elle sévit
Toi, moi, eux, elles, ils, lui
Il faut petit à petit
Nous en guérir, perdre de notre suffisance
Voilà bien là le monde nouveau à construire
Pour commencer enfin à s'épanouir
Pour la joie, pour le rire !
Présentement
Sur la planète Terre, tout est violent
Rien qu'en France
En tout petit exemple de la démence
Les violences familiales
Chaque violence a son bocal
En 2014, les personnes tuées
118 femmes, 25 hommes, 7 enfants
En 2013, les personnes tuées
121 femmes, 25 hommes, 13 enfants
En 2012, les personnes tuées
148 femmes, 26 hommes, 9 enfants
L'enfer sur Terre est permanent
De la violence au travail
De la souffrance au travail
Travail de la violence
Travail de la souffrance
La violence à l'école, en prison, en couple, au stade, au lycée
La violence au bureau, à l'usine, au laboratoire, à l'université
La violence policière institutionnalisée
Examens, concours, stages, il faut arriver le premier
Et à la vérité
C'est toujours le pire qui est sélectionné
La réussite de la cruauté, de l'inhumanité
Apprendre à écraser les autres
Donc soi-même, car nous ne sommes que les autres
Le mépris de soi-même, le mépris des autres !
Séparation du monde
Monde de la séparation
Copains, copines, du bureau
Copains, copines, de l'usine
Copains, copines, de l'école, de l'université
Copains, copines, du travail
Le capital nous enferme, il nous raille
Copains, copines, de voyage
Copains, copines, souvent du même âge
Copains, copines, selon la classe sociale
Impitoyable est la loi du capital
Copains, copines, de la manifestation
En attendant la révolution
La manifestation traîne-savate
Cela défoule, cela épate
Et toutes le sont
Puis tôt ou tard, c'est la dispersion
Mais, si l'on est vraiment pressé
Il y a toujours la lutte armée
Sinon
Inutile de vouloir donner des leçons
Sur soi, il en faut un échantillon
Le drapeau anar, c'est juste une signalisation
Les mêmes slogans, les mêmes positions
Histoire de se retrouver entre gai-lurons
Et faire acte de présence et de contestation
Sans se la jouer, faire de la compétition
Ne pas se prendre au sérieux
Certes, tous les drapeaux sont à mettre au feu
Mais en attendant le grand soir
Le drapeau anar est le seul que je veux voir
Même si en rien, l'on ne peut plus croire !
La liberté
C'est de savoir qu'il n'y a aucune liberté
L'égalité
C'est de savoir qu'il n'y a aucune égalité
La fraternité
C'est de savoir qu'il n'y a aucune fraternité
Car cela se saurait
Car cela se verrait
Nos visages ne seraient pas les mêmes
Tout le monde dirait, j'aime
Nos corps ne seraient pas les mêmes
Tout le monde dirait, j'aime
Il n'y aurait plus aucune nationalité
Il n'y aurait plus aucune rivalité
La gratuité universelle comme seule réalité
Il n'y aurait plus le besoin des idées
Pour nous séparer, pour nous diviser
En fait, jusqu'à présent, toutes les révolutions
Les plus belles, les plus avortées, sont nées de la réaction
Et non de la révolution par rapport à la révolution
Donc jamais, de la révolution en rapport à la révolution
Et l'on ne combat pas un système
Avec le langage du système
Quelque soit ce système
Et l'on ne combat pas la réaction
Avec sa gauche, son extrême gauche
Avec sa droite, son extrême droite
Avec le langage de la réaction
Quelque soit cette réaction
Or
Nous employons les mots du système
Or
Nous employons les mots de la réaction
C'est notre seul dictionnaire
Dont les mots coulent dans nos artères
C'est cela qui nous retourne
C'est cela qui nous détourne !

Patrice Faubert ( 2016 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien (  http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway index "

"Listen, it was very difficult to feel anything or to test
the least feeling over there when you work day and night in the medium
deaths, corpses of men and women, you died, you
do not feel anything any more "

Abraham Bomba (Hairdresser for women with the death camp of Treblinka
before the gas chamber)

And well Shoah
It is quite simply that
The whole world is Shoah
Various wars, genocides, ethnocides, massacres
Since the human being owner
History of all the wars
Where any peace is like a dream
Because since thousands of years
In predominance, our brains are engrammés
And the misfortune of people
And the suffering of people
That flashes back on other people
It would thus be necessary to be arranged
For the blooming of each human being
Almost by selfishness stirnérien
For the wellness, on to export us, it
The wellness of the other is my wellness
The discomfort of the other is my discomfort!
Discomfort
Everywhere, one sees it appearing
Poetry, it is too
Religion, ideology
Painting, literature, cinema, yes
Technology and competitive sport, even
The discomfort accumulates all its waste
Everywhere, one sees all the misdeeds of them
Various chiefs and various cheffesses, leaders, gurus
To want power, here the true insane one, insane truth
Psychological waste
Nuclear waste
All is connected, nothing to make
Against that, no private clinic
As with Bore-hole in the Meuse
Area treated like a pig mould
To hide radioactive waste there
Of great lifetime, nothing fiction
Bituminous parcel
All could catch on fire there
Underground cells
Unhealthy design
Nuclear waste
Waste under the ground
Fuels of waste
Waste of fuel
Reversibility of an accident
Is the invention of the technocrat dominating
Impossible explosion or stopped ventilation
Clay cannot all imprison
And the radioelements can be propagated
How the worn MOX that nobody can control any more!
And one understands
Women without the least child
The women who do not want children
Here is a taboo of the taboos
Among all the taboos
Yes, because it is however obvious
In a world with fire and blood, lunatic world
It is necessary to adopt
Before procreating
The inhuman species is not threatened
To allow itself, of the pauses, but not chastity
And thus not to give birth to almost more
Because it does not fail children to be adopted!
And then
If the inhuman species disappeared
That would not be great regret
In any case, that will arrive, it is a fact
If few people
Rare a little intelligent beings
Y want the life
Y thus want anarchy
Without any competition, any hierarchy
And even of "I am most anarchistic"
More this or more that, a whole list
The search for predominance
Is the principal one of our diseases
Absolutely everywhere, it prevails
You, me, them, they, they, him
It is necessary gradually
Us to cure, lose our sufficiency of it
Here the new world to build well there
To finally start to open out
For the joy, the laughter!
At present
On planet Is in hiding, all is violent
Only in France
In all small example of the insanity
Family violences
Each violence has its jar
In 2014, killed people
118 women, 25 men, 7 children
In 2013, killed people
121 women, 25 men, 13 children
In 2012, killed people
148 women, 26 men, 9 children
The hell on Earth is permanent
Violence with work
Suffering with work
Work of violence
Work of the suffering
Violence at school, in prison, couple, at the stage, the high school
Violence at the office, the factory, the laboratory, the university
Institutionalized police violence
Examinations, competition, internships, it is necessary to arrive the first
And with the truth
It is always the worst which is selected
The success of cruelty, inhumanity
To learn how to crush the others
Thus oneself, because we are only the different ones
Contempt of oneself, contempt of the others!
Separation of the world
World of the separation
Buddies, girlfriend, of the office
Buddies, girlfriend, of the factory
Buddies, girlfriend, of the school, the university
Buddies, girlfriend, of work
The capital locks up us, it scoffs us
Buddies, girlfriend, of travel
Buddies, girlfriend, often of the same age
Buddies, girlfriend, according to the social class
Pitiless is the law of the capital
Buddies, girlfriend, of the demonstration
While waiting for the revolution
The demonstration trail-slipper
That lets steam off, that impresses
And all are it
Then early or late, it is dispersion
But, if one is really in a hurry
There is always the armed struggle
If not
Useless to want to teach lessons
On oneself, one needs a sample of it
The flag anarchist, it is right an indication
Same slogans, same positions
History to find itself between merry-lads
And to put in an appearance and dispute
Without being played it, making competition
Not to be caught with the serious one
Admittedly, all the flags are to be put at fire
But while waiting for the great evening
The flag anarchist is the only one that I want to see
Even if of nothing, one can believe any more!
Freedom
It is of knowing that there is no freedom
Equality
It is of knowing that there is no equality
Fraternity
It is of knowing that there is no fraternity
Because that would be known
Because that would be seen
Our faces would not be the same ones
Everyone would say, I like
Our bodies would not be the same ones
Everyone would say, I like
There would be no more no nationality
There would be no more no competition
Universal exemption from payment like only reality
There would not be more the need for the ideas
To separate us, to divide us
In fact, until now, all revolutions
Most beautiful, the most fallen through, were born from the reaction
And not of the revolution compared to the revolution
Thus never, of the revolution in connection with the revolution
And a system is not fought
With the language of the system
Some is this system
And the reaction is not fought
With its left, its far left
With its line, its far right
With the language of the reaction
Some is this reaction
However
We employ the words of the system
However
We employ the words of the reaction
It is our only dictionary
Whose words run in our arteries
It is that which turns over us
It is that which diverts us!

Patrice Faubert (2016) puète, peuète, pouète, paraphysician ( http://patrice.faubert.over-blog.com/) Stalemate says the guest on "hiway index"