portland independent media center  
images audio video
newswire article creative global

arts and culture

Paraphysique de la mort

Y a t-il une vie avant la mort ?
" Tirez le rideau, la farce est jouée. Je vais chercher un grand peut-être. "

François Rabelais ( 1483 ou 1494-1553 )

Connaissance de la fragmentation
Fragmentation de la connaissance
Comme
Il n'y a pas de gauche
Il n'y a pas de droite
Mais
Simplement des concepts et des comportements
Qui sont apparentés à la gauche
Qui sont apparentés à la droite
Chaque préjugé est un courant
Bien ancré dans le politiquement
Chaque jugement de valeur
A son chapeau, sa couleur
Chaque lieu commun
A son époque, son souverain
Car
Il faut être un battant ou une battante
Car
Il faut être un combattant ou une combattante
Alors
Qu'il nous faut mourir
Nous devrions donc nous faire plaisir
Prendre et donner du bonheur
Et ce à toutes les heures
Car mourir
C'est aussi, il faut le dire
Caner, clamser, crever
Cônir, crôner, crounir, dégeler
Dévisser, flamber, fracasser, gambiller
Macaber, raidir, tout cela sans médire
Car mourir
C'est aussi, il faut le dire
Lever la séance
Rendre les clefs
Faire la valise
Déposer le bilan
Boire le bouillon de onze heures
Avaler sa chique ou son bulletin de naissance
Bouffer les pissenlits par la racine
Se faire rétrécir
Être rétamé
Couper le sifflet
Filer son câble par le bout
Etc. Car ce n'est pas tout
Et pour tuer
Et donc faire mourir, c'est lié
Raccourcir, flinguer
Descendre, sulfater
Dessouder, dégommer
Dégringoler, escoffer
Rectifier, seringuer
Refroidir, suriner, zigouiller
Des mots pour tuer
Donc aussi, des mots pour mourir
Et le mathématicien Suisse feu ( 1707-1783 ) Leonhard Euler
Qui mourut la pipe à la bouche, tel l'éclair
Et qui tombant, la cassa
L'expression viendrait de là
Ou feu l'acteur Mercier
Qui la pipe en bouche
Tomba sur scène comme on se couche
Il interprétait feu le corsaire ( 1650-1702 ) Jean Bart
Et abattant ainsi sa dernière carte
Casser sa pipe et mourir
La mort fait toujours frémir
Comme la mort d'une espèce
A qui l'on ne fait aucune messe
C'est ainsi le rhinocéros de Java
Encore quatorze dans le monde, mais tout va
Et pour d'autres espèces, un même constat
Et déjà le capital
Qui nulle part ne voit le mal
Car dans son organisation, c'est absolument fatal
Extrapole de ce fait, le clonage
Pour mettre le passé en cage
Le chien pour le ( canis latrans ) coyote
L'éléphant pour le mammouth
Aucun complexe, en avant toute
Trouver la bonne femelle, nouvelle marotte
Car partout
Et depuis longtemps, c'est fou
Enseignement de la guerre
La guerre de l'enseignement
D'une façon l'autre, tout est répété
Avec une plus ou moins grande subtilité
Février à Décembre 1916, Verdun
Environ 1 million de morts, au moins
Et les patriotiques prostituées
Sans vindicte, c'était pour le repos du guerrier
Un peu de sexe avant de se faire mutiler ou tuer
Et oui !

" Ce qui reste du vivant quand il meurt n'a plus de nom dans aucune langue "

Jacques-Bénigne Bossuet ( 1627-1704 )

Et qui participait à l'effort de guerre ?
La femme de la classe ouvrière !
Et en un an
7000 tonnes d'obus par ouvrière
1914/1918 guerre meurtrière
Cela dépasse l'entendement
C'est en somme l'esthétique de la politique
Qui est une politique de l'esthétique
Des larmes, des armes, du sang
Comme unique socle et unique fondement
Car sur la planète Terre
Il y a toujours, quelque part, la guerre
L'espèce humaine
Toujours échouée et toujours vaine
C'est un Radeau de La Méduse
Mais là en 1816, sans que la vérité abuse
151 rescapés du naufrage d'un bateau
Cela fut si bien peint par feu ( 1791-1824 ) Théodore Géricault
Et finalement seuls 15 vrais sauvés
Un radeau de vingt mètres sur sept, une épouvante
13 jours de cannibalisme, de tuerie, dans la tourmente
Une allégorie
De toutes les tueries
1914/1918 et au moins 6 millions d'invalides
Le paysage de l'Histoire est livide !
Et d'une façon l'autre, ne pas le taire
Les enfants et les femmes y participèrent
La guerre de l'économie
L'économie de la guerre
Et c'est toujours
De l'Histoire le même tour
Les notables et les officiers
Qui planqués, arrivent le mieux à s'en tirer !
Tout est toujours d'actualité
Rien de vraiment dans le passé
De rien, n'avoir aucune fierté
Par les déterminismes nous sommes joués
Ainsi
20 pour cent des gens, ce n'est pas excessif
Vont avoir un épisode dépressif
Au cours de l'écoulement de leur vie
Car le capital produit de la maladie
Car le capital produit de la pharmacie
La maladie comme une industrie
8 sur 10 des étudiantes et étudiants, aux Etats-Unis
Prennent des amphétamines, car dures sont leurs vies
Et certains Etats des Etats-Unis
Obligent les chômeuses et les chômeurs
A prendre des antidépresseurs
Le chômage serait un état de dépression
Pour le capital c'est sa seule solution
1 suicide toutes les 18 heures, en Grèce
Et de nombreuses tentatives, horrible détresse
Contexte du capital
Capital du contexte
Le capital écrit toujours le même texte
Une machine à produire toutes les maladies
Une machine à produire tous les conflits
Compétition, comparaison, fragmentation
La pensée du divertissement
Qui n'est pas le divertissement de la pensée
Et sa délégation, sa représentation
Arts, sciences et techniques, au service de l'aliénation !
Les machines en savent plus sur nous
Que nous sur les machines
Artilects qui copient des fonctions
Et sont à vrai dire sans aucune imagination
Une machine rend service mais c'est assez con !
Les services de renseignements savent
Ou pourraient savoir ce que nous aimons
Ou ce que nous détestons
Comme nos préférences sexuelles
Spirituelles, culinaires, intellectuelles
Mais pour tout il faut payer
Rien n'est gratuit, il faut en chier
Et bientôt
Prévoir ce que feront les gens
Ou ce que pourraient faire les gens
Et en fonction
De telle ou telle situation
Une police prédictive
Incarnation de la fiction spéculative
Sécurité de la surveillance
Surveillance de la sécurité
Et auto-surveillance généralisée !
C'est l'éternelle société fasciste
C'est l'éternelle société ferriste
Le bras de fer permanent
A tout instant, à tout moment
Se battre pour payer son loyer
Se battre pour pouvoir manger
Se battre pour chômer, pour une allocation, toucher
Se battre pour travailler, pour avoir une sexualité
Se battre pour tout et pour rien, toute la journée
Le capital est le crime organisé, est la torture planifiée
Et les arts, le sport, la science et autre, pour tout faire oublier
Et qui du capital et avec le capital, sont la grande complicité !
Oui
1914/1918, toutes les guerres, dans nos têtes
C'est là que cela se passe, munitionnettes
Comme ces femmes qui fabriquèrent des armes
Ces femelles qui firent verser tant de larmes
400.000 dames pour l'effort de guerre
C'est fou ce que peuvent faire
Des femmes et des hommes en galère !

" Naître pour mourir, quelle connerie ! C'est comme ça, faut t'y faire, tous
les copains s'y sont faits depuis que le monde est monde. Et alors ? Leur
résignation ne me concerne pas. Savoir que des millions d'autres cochons
s'égorgent en même temps que moi dans l'abattoir ne me fait pas trouver plus
agréable le fil du couteau sur mon cou dodu "

François Cavanna ( 1923-2014 ) Charlie Hebdo, 40, 23/8/1971

Patrice Faubert ( 2015 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien (  http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "



"Pull the curtain, the farce is played. I'll get a big maybe."

François Rabelais (1483 or 1494-1553)

Knowledge of fragmentation
Fragmentation of knowledge
Such As
There is no left
There are no right
But
Simply concepts and behaviors
Which are related to the left
Which are related to the right
Every prejudice is a current
Although rooted in the political
Each value judgment
A hat, color
Each commonplace
In his time, his sovereign
Because
You have to be a fighter or a fighter
Because
You have to be a combatant or a fighter
Then
We must die
We should make us happy
Take and give happiness
And every hour
For die
It is also, it must be said
Caner, clamser, die
Cônir, Croner, crounir, thaw
Unscrew, flaming, smash, gambiller
Macaber, stiffening, all without slander
For die
It is also, it must be said
Adjourn
Return the keys
Make suitcase
File for bankruptcy
Drink the broth eleven
Swallowing his quid or birth certificate
Eat dandelions by the root
Will shrink
Be rétamé
Flummox
Filer its cable tip
Etc. Because that's not all
And kill
So to kill is related
Shorten flinguer
Down, sulfater
Desoldering, knock
Tumble, escoffer
Rectifier syringe
Cool, Gouge, zigouiller
Words to kill
So also, words to die
Fire and Swiss mathematician (1707-1783) Leonhard Euler
Who died pipe in his mouth, as lightning
And fell, broke it
The term comes from there
Or fire the actor Mercier
Who pipe in mouth
Fell on stage as one layer
He interpreted the late Corsair (1650-1702) Jean Bart
Thus cutting down his last card
Kick the bucket and die
Death is always shudder
Like the death of a species
To whom it makes no Mass
Thus the Javan rhinoceros
Another fourteen in the world, but will
And other species, the same observation
And already the capital
That nowhere sees evil
For in its organization, it is absolutely fatal
Extrapolating from this, the cloning
To put the past in a cage
The dog (Canis latrans) coyote
The elephant in the mammoth
No complex, before any
Finding the right female new hobby
Because everywhere
And for a long time, it's crazy
Education of war
The war of teaching
In the other way, everything is repeated
With a greater or lesser subtlety
February to December 1916, Verdun
About 1 million dead, at least
And prostitutes patriotic
Without condemnation, it was for the rest of the warrior
Some sex before getting maim or kill
And yes!

"What remains alive when he dies has no name in any language"

Jacques-Bénigne Bossuet (1627-1704)

And participated in the war effort?
The woman of the working class!
And a year
7000 tons of shells per worker
1914/1918 deadly war
It boggles the mind
It is basically the aesthetics of politics
Which is an aesthetic Policy
Tears, weapons, blood
As a single base and one foundation
Because on planet Earth
There is always somewhere war
The human species
Always failed and always vain
This is a Raft of the Medusa
But then in 1816, without the truth abuse
151 survivors of the shipwreck of a boat
This was so well painted by the late (1791-1824) Théodore Géricault
And finally only 15 real saved
A raft of twenty meters a week, a fright
13 days of cannibalism, massacre, in turmoil
An Allegory
All killings
1914/1918 and at least 6 million disabled
The landscape of history is livid!
And in a way the other, do not be silent
Children and women took part in it
The war economy
The economy of war
And it's always
History of the same turn
Notable and officers
Who stashed arrive best get away!
Everything is still relevant
Nothing really in the past
Nothing, have no pride
By determinism we played
Thus
20 percent of people, it is not excessive
Will have a depressive episode
During the flow of life
For capital produces disease
Because the produced capital pharmacy
The disease as an industry
8 out of 10 students in the United States
Take amphetamines because their lives are hard
And some US states
Require unemployed workers
To take antidepressants
Unemployment would be a state of depression
For capital is its only solution
One suicide every 18 hours, Greece
And many attempts, horrible distress
Capital Context
Capital context
The capital always writes the same text
A machine to produce all diseases
A machine to produce all conflicts
Competition, comparison, fragmentation
Thought entertainment
That is not entertaining the thought
And his delegation, representation
Arts, science and technology in the service of alienation!
The machines in longer know us
We on machines
Artilects who copy functions
And are in fact no imagination
A machine disservice but it's pretty stupid!
The intelligence services know
Or may know what we like
Or what we hate
As our sexual preferences
Spiritual, culinary, intellectual
But for everything you have to pay
Nothing is free, you have to file
And soon
Predict what will people
Or what could people
And depending
In a given situation
Predictive policing
Incarnation of speculative fiction
Security monitoring
Security monitoring
And generalized self-monitoring!
It is the eternal fascist society
It is the eternal ferriste company
The Standing showdown
At any time, at any time
Fighting on rent
Fight to be able to eat
Fight to be idle for an allowance, touch
Fighting to work, to have sex
To fight for everything and anything all day
Capital is organized crime, is the planned torture
And the arts, sports, science and another to forget everything
And the capital and the capital, are the great complicity!
Yes I Will
1914/1918, all wars in our heads
This is where it happens, munitionnettes
Like those women who manufactured weapons
These females who made so many tears
400,000 women for the war effort
It's amazing what can
Women and men in galley!

"Born to die, what bullshit! It's like that, must get used to it all
mates are made to it since the world began. So what? Their
resignation does not concern me. Knowing that millions of other pigs
to slay the same time as me in the slaughterhouse does not find me more
nice thread knife on my neck plump "

François Cavanna (1923-2014) Charlie Hebdo, 40, 8/23/1971

Patrice Faubert (2015) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/) Pat told the guest on "hiway.fr"