portland independent media center  
images audio video
newswire article creative global

arts and culture

Paraphysique du clonage psychologique

Chair à canon, chair à profit, chair à dépit, chair à dépression...
Tout ce que nous pensons
D'autres le pensent, l'ont pensé, le penseront
Tout ce que nous écrivons
D'autres l'écrivent, l'ont écrit, l'écriront
Tout ce que nous imaginons
D'autres l'imaginent, l'ont imaginé, l'imagineront
Tout ce que nous faisons
D'autres le font, l'ont fait, le feront
En poésie, en science, en technologie
En peinture, au travail, pour toutes les choses de la vie
Diversité de la fragmentation
Fragmentation de la diversité
Dans l'idéologie de la prison
Qui est la prison de l'idéologie
Comme dans toute religion
Comme dans toute théorie
Avec ses mandarins
Avec ses doctrinaires
Avec ses idéologues, qui se croient malins
Et toute la suite réactionnaire
Tout cela, du corps, est la dialectique
Qui ordonne les phénotypes
L'environnement social et politique
Imprimant et structurant la morphopsychologie, c'est fatal !
Avec le lymphatique, le sanguin
Avec le nerveux, le bilieux
Toujours tout en un
Pas de type pur, c'est mieux
Mais le morphotype ou phénotype
Est sans vrai sosie, et donc unique
Dans la génétique des populations
Trop dépendante de l'environnement et de ses tribulations
Mais tous et toutes
Tous les jours, nous le constatons
La société marchande suit la même route
Du déterminisme économique de nos conditions
Et l'on retrouve forcément
Des gens qui nous sont ressemblants
Même ailleurs, que dans notre propre pays
Aux mêmes comportements
Mais aussi, souvent, aux actes complètement différents
Et tout ceci donc tant mentalement, que physiquement
Comme si nous sortions
D'une usine de conditionnement
Pour nous mouler de telle ou telle façon
En fonction
Des besoins de l'économie
Du patronat, du salariat, et de tout ce qui s'en suit
Tant de Gérard
Tant de Patrice
Tant de Jacques
Tant de Michel
Tant de Pierre
Tant de André
Tant de Jean-Luc
Tant de Jacqueline
Tant de Catherine
Tant de Capucine
Tant de Lilia
Tant de Jeanne
Tant d'Eliane
Tant d'Eugénie
Des morphotypes uniques
Pourtant engrammés aux mêmes mimiques
Ils et elles sont nos âges différents
A 20 ans, à 40 ans, à 60 ans, à 80 ans, à 100 ans
Ils et elles nous ressuscitent
A nous voir, nous revoir, ils et elles, nous incitent
Partout sur Terre, un gigantesque plébiscite
Et toutes les grilles
D'interprétation pour expliquer les phénomènes
Grilles qui toujours nous fusillent
Et que toujours la réalité malmène !
Ainsi, je me suis vu
En 1977, sur une vidéo you tube
Regardant, à l'aide d'un petit miroir, sous les jupes d'une infirmière
Par un usurpateur qui ne manque pas d'air
Car cela, j'aurais pu le faire
Nonobstant, cela n'était pas moi
Hélas, car quel bel émoi !
Mais de la vue
Sous les dames, moi aussi, je le pus !
Cela n'est donc pas un drame
Toutes et tous
Et même si l'on tousse
Nous avons nos exemples
Toutes ces constatations sont amples !
Mais il n'y faut aucune rigueur
Mais il n'y faut aucune rumeur
Car toute doctrine
A l'humanité est toujours maligne
Comme toute militance
En tous les domaines est une nuisance
Ainsi la phrénologie
Partielle et partiale est surannée
Ainsi la physiognomonie et la morphopsychologie
De feu ( 1901 - 1995 ) le docteur Louis Corman, est recyclée
Chaque être humain
Est et ne peut-être qu'un ignorant
De l'illettré au plus grand des savants
Ainsi la prétention
Ainsi l'infatuation
Du peintre, de l'écrivain, de la célébrité
Et aussi, de moi, de toi, d'eux, d'elles, de lui
Nos fausses vérités dogmatiques
Nous voulons les imposer, c'est tragique !
Pas seulement les fascistes rouges
Pas seulement les fascistes bruns
Et le fascisme libéral qui régente le monde
Ou le tout et le rien
C'est la contre-révolution permanente qui les couve !
Nos mandarins, nos maîtres à penser
C'est la pensée de nos maîtres
De l'anarchie, du fascisme au gauchisme, comme c'est bête !
A la vie sont toujours des traîtres
La surpopulation est une sorte de clonage
C'est un clonage psychologique
Pour tous et toutes la même nage
Les mêmes souffrances mélancoliques
Qui nous font
Peintres, poètes, musiciens
Cinéastes, chanteuses, écrivains
Qui nous font
Ménagères, employées, prostituées
Ouvrières, patronnes, routiers
Femmes et hommes
Aux mêmes larmes attristées
La surpopulation
Est un clonage psychologique
En fonction d'impératifs économiques
A pour enfant, une détestation généralisée
Une balance des paiements à équilibrer !
Personne
Ne peut plus supporter personne
Personne
N'aime plus personne
Et néanmoins, le sens commun reste sourd
Aux 353015 personnes qui naissent chaque jour
Le sexe de l'homme est une fronde
Qu'aucune sagesse ne gronde
De la chair à canon
De la chair à profit
De la chair à dépit
De la chair à dépression
Le ventre de la femme pond
Pond, pond, sans aucune réflexion
De toutes les armes
C'est encore l'arme psychologique
Qui fait couler le plus de larmes
Bien plus encore que l'arme chimique
Déjà utilisée à l'époque antique
Du cadavre contaminé, jadis, à la peste bubonique
Aux terrifiants gaz neurotoxiques
Des gaz irritants
Des gaz suffocants
Des gaz vésicants
Et même par extension, tous les défoliants
Tous les gaz divers, bien avant la Syrie
Guerre industrielle, guerre de la chimie
L'arme psychologique
Au service de la guerre psychologique
Chair à canon
Chair à profit
Chair à dépit
Chair à dépression
Ce qu'est l'être humain pour l'économie
Qui aui cerveau devient de la chimie
La surpopulation est une malédiction
Qui se perpétue de génération en génération
Le clonage est purement psychologique
Nul besoin pour cela, de la génétique !
Des fausses valeurs, nous sommes avides
A la vraie compréhension, nous sommes rigides
A toutes les convivialités, nous sommes perfides
Le nous est je, le je est nous
Moi, toi, eux, elles, lui
Au plus beau paysage de la télévision
Il manquera toujours la sensation
Comme l'a bien compris
Un voisin de palier, à Tonnerre, Gérard Despeghel, dit gégé, un ami
Tout ce qui n'est que lu
Est à la réalité une supercherie
Est à la réalité une gabegie
Comme imaginer la prison
Et être en prison
Comme imaginer la mort
Et être mort
Ce que nous ignorons dans nos viscères
Ne peut se représenter réellement dans l'imaginaire !
Comme la vie
Qui ne sait pas vivre
Et qui ne se trouve dans aucun livre
Seule la chose qui est, délivre !
Chair à canon
Chair à profit
Chair à dépit
Chair à dépression




Patrice Faubert ( 2013 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien (  http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur "hiway.fr"






Everything we think
Others think the thought , think the
Everything we write
Others write, have written, the write
Everything we imagine
Others imagine, imagined , will imagine the
Everything we do
Others do , have done, will do
In poetry , science , technology
In painting, the work, all the things of life
Diversity of fragmentation
Fragmentation of diversity
In the ideology of the prison
Which is the prison of ideology
As with any religion
As with any theory
With mandarins
With its doctrinaire
With ideologues who think smart
And all the more reactionary
All this body is dialectical
Who rules the phenotypes
The social and political environment
Printing and structuring morphopsychology is fatal !
With lymphatic , blood
With the nervous , bilious
Still all in one
No pure type is better
But the morphological type or phenotype
Is not true double, and therefore unique
In population genetics
Too dependent on the environment and its tribulations
But everyone
Every day , we see
Market society follows the same route
The economic determinism of our terms
And we always found
People who are we resembling
Even otherwise , in our own country
The same behavior
But often with completely different acts
So all this both mentally , and physically
As if we went
In a packing plant
Molding for us one way or another
according
Needs of the economy
Of employers, employees , and all that follows
As Gerard
So Patrice
So Jacques
As Michel
So Pierre
So André
As Jean- Luc
So Jacqueline
As Catherine
So Capucine
As Lilia
So Jeanne
As Eliane
As Eugenie
Unique morphotypes
Yet engrams the same expressions
And they are our different ages
At 20 years , 40 years , 60 years , 80 years , 100 years
They and they resurrect us
To see us again, they and them, we encourage
Everywhere on Earth, a giant plebiscite
And all the gates
From interpretation to explain the phenomena
Grids we always shoot
And as always the reality bullies !
So , I saw
In 1977, a video on you tube
Looking up, using a small mirror , the skirts of a nurse
By a usurper not stuffiness
For this, I could have done
Nevertheless, it was not me
Unfortunately , because what a beautiful emotion !
But the view
Under the ladies, too, I could !
It is therefore not a drama
Everyone
And even if you cough
We have our examples
All these findings are further !
But there must be no rigor
But there will be no rumor
For any doctrine
A humanity is malignant
Like any militancy
In all areas is a nuisance
And phrenology
Partial and biased is outdated
And physiognomy and morphopsychology
Fire (1901 - 1995) Dr. Louis Corman is recycled
Every human being
And is perhaps an ignorant
The illiterate to the greatest scholars
Thus the claim
And infatuation
The painter , writer , celebrity
And , me , you, them, them, it
Our false dogmatic truths
We want to impose , this is tragic !
Not only red fascists
Not just brown fascists
And the Liberal fascism rules the world
Or everything and nothing
It is the permanent -revolution against the smoldering !
Our mandarins , our mentors
It is the thought of our teachers
Of anarchy, fascism leftism as it is stupid !
A life are always traitors
Overcrowding is a kind of cloning
It is a psychological cloning
For everyone the same swimming
The same melancholy suffering
Who we are
Painters, poets, musicians
Filmmakers , singers , writers
Who we are
Household , employed prostitutes
Workers , bosses , road
Women and men
The same heartfelt tears
overcrowding
Is a psychological cloning
Based on economic imperatives
A child , a widespread hatred
A balance of payments balance !
anyone
Can support more person
anyone
Dislike person
And yet , common sense is deaf
To 353,015 people born every day
Sex is a human slingshot
No wisdom rumbles
The cannon fodder
The flesh profits
Despite the flesh
Flesh to depression
The belly of the female lays
Pond, pond , no reflection
All weapons
It's still the psychological weapon
Who spilled the more tears
Far more than the chemical weapon
Already used in ancient times
The corpse contaminated formerly the bubonic plague
Terrifying to nerve gas
Irritating gases
Suffocating gas
Of blister gas
And even by extension, all defoliants
All other gases , before Syria
Industrial war , war of chemistry
The psychological weapon
Serving the psychological warfare
Cannon Fodder
Flesh profit
Despite flesh
Flesh depression
What human beings for the economy
Who aui brain chemistry becomes
Overpopulation is a curse
Perpetuated from generation to generation
Cloning is purely psychological
No need for that , genetics !
False values ​​, we are eager
A true understanding , we are rigid
At all conviviality , we perfidious
The us is I , the I is us
Me, you, them, them, them
The most beautiful landscape of television
He still missed the feeling
As understood
A next-door neighbor , in Tonnerre , Gerard Despeghel said gégé a friend
All that is only read
Is in reality a hoax
Is in reality a chaos
As imagine prison
And being in prison
As imagine death
And be dead
What we do not know in our guts
May actually represent in the imagination !
As life
Who can not live
And is not in any book
Only thing is , delivers !
Cannon Fodder
Flesh profit
Despite flesh
Flesh depression




Patrice Faubert (2013) puète , peuète , pouète , paraphysicien (  http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat said the guest on " hiway.fr "