portland independent media center  
images audio video
newswire article creative global

arts and culture

Diarisme de l'artilect

Mensonge de vérité, vérité de mensonge...
Tirez la bobinette
Et la chevillette cherra
Dîtes-moi comment vous me voyez
Je vous dirais qui vous êtes
Brûler ou publier
M'écrivit ( née en 1941 ) Alice Debord
En me renvoyant un manuscrit
Fort mauvais, et qui maintenant, dort
J'ai effectivement été pyromane
A mon écriture monomane
Mais dans ma cervelle grenier
D'anciens textes, je sus préserver
Et voici l'écriture électronique
Qui soulève sa jupe impudique
Petit à petit, je la livre au public
La sérénité de n'être jamais un classique
A chaque instant
Je voyage dans le temps
J'ai dix ans, j'ai vingt ans
J'ai quarante ans, j'ai soixante ans
Le plus grand des secrets
Est de n'avoir aucun secret
Ce qui devient finalement le vrai secret
Je ne fais pas l'apologie
De la pauvreté
Je ne fais pas l'apologie
De la richesse
C'est une seule et même aliénation
Il n'y a pas opposition mais fusion
La plus grande
Des drogues
C'est l'addiction sexuelle
Au fond, la plus naturelle
Mais il y faut
Soit de l'argent
Soit du temps
Ce qui dans notre système marchand
Revient au même chant
L'argent qui fait le gagnant
La dèche qui fait le perdant
Comme ( né en 1951 ) Charles Graf, ex-boxeur, ancien délinquant
Champion ( 1985 ) de boxe poids lourd
Et qui perdit son titre, sur un mauvais tour
Il fit de la prison, s'y cultiva
Corps et physique, grâce à ( né en 1951 ) Peter-Jünger Book, qui l'y incita
Un ancien terroriste, réussit, là, où l'administration pénitentiaire, échoua
Puis son titre injustement perdu
Par un boxeur honnête ( né en 1962 ) Thomas Classen, lui fut rendu
La mafia ne peut rien
Contre le symbolique
Qui a eu une réalité physique
Et qui devient la vérité historique
Si nous avalons
De la nourriture sans la mâcher
Difficile en est la digestion
Cela est pareil pour l'imagination
De tout ce qui paraît à la télévision
Tout nous est imposé de l'extérieur
Et tout meurt dans notre for intérieur
L'imagination a besoin d'une image
Qui à l'imagination est un tapage
La stimulation de l'imagination
N'est que l'imagination de la stimulation
Si un documentaire peut produire de la réflexion
Toute fiction appauvrit l'imagination
Elle est une nourriture vite avalée
Jamais vraiment digérée, vite oubliée
La lecture seule attise l'imaginaire
Comme faire des choses, sans aucun intermédiaire
L'instinct sexuel
Est castré dès la naissance
Sinon, belles ou pas belles
Sinon, beaux ou pas beaux
Face à face, dos à dos
Dans la rue, partout, de la sensualité, une kermesse
Pas comme les déodorants
Pour estomper les phéromones
Pour de l'acte sexuel, faire l'aumône
Et ainsi se faire la guerre, méchant, impuissant
Notre adresse
C'est la planète Terre
Où toute femme est notre mère
Où toute femme est notre soeur
Où toute femme est notre fille
Pour un homme
Où tout homme
Est notre père
Où tout homme
Est notre frère
Où tout homme
Est notre fils
Pour une femme
Mais il faut une conscience global
Mais il faut un partage total
C'est le contraire de l'utopie
L'utopie c'est le capitalisme
De croire au bien-être, à cette alchimie
Dans les inégalités, les injustices, le fascisme
D'avoir le ventre plein
Quand l'autre a le ventre vide
D'avoir le regard serein
Quand l'autre a les yeux éteints
Toutes les larmes
Accumulées, sur des milliers d'années
Toutes les peines
Du passé, qui brisent nos âmes
La Terre est un corps humain
Elle rit, elle pleure, elle va, elle vient
Tout est toujours en décalage
Et cela nous met dans une cage
Où c'est trop tôt
Où c'est trop tard
La notion de propriété nous égare
Puis la mort vient, avec sa faux
La lucidité se fait chanter
Comptine, par la sensibilité
Hélas, souvent affiliée à la moralité
L'esprit qui serait délivré
De la souffrance et de ses ténèbres
Une vallée de larmes, pourrait traverser
Et rester vierge de toute égratignure
Depuis 1971, la lutte contre la drogue
Est une drôle de morgue
Mille milliards de dollars
45 millions de personnes arrêtées
L'étatisme de la drogue
La drogue de l'étatisme
Cela nourrit la carcéralité
Pour le capitalisme, c'est un marché
Plus le moindre larcin
Et le capitalisme n'est plus rien
Il produit ce qui le fait vivre
Et à sa justice, il livre
Le capitalisme est un délinquant
A tout ce qui est vivant
Sa police a besoin du crime
Son armée est sa firme
C'est le capital qui filme
Toujours des prétextes, des maximes
Pas contre les chinois
Mais c'est l'opium
Pas contre les noirs
Mais c'est la cocaïne
Pas contre les mexicains
Mais c'est la marijuana
Le prétexte social
Qui scotomise la maxime raciale
Tout attachement est une aliénation
L'aliénation de l'attachement
Au sexe, à la famille, à des idées, à un pays
A des meubles, à une région, à des biens, à une idéologie
A des enfants, à des parents, à des souhaits, à des amis
A des souvenirs, à des projets, à l'argent, à une patrie
A l'espoir, au désespoir, à la haine, aux gémonies
A tout ce qui aurait pu être
Et qui à nos vies fut traître
De cette prison
Personne ne peut sortir
De cette prison
Pour personne, aucun avenir
Moi, toi, eux, elles, lui
De mauvaises cartes, une mauvaise partie
L'être humain
A la femme, à l'homme, à l'enfant, est un spadassin
Toujours s'expliquer
Se définir, se justifier
Métier, âge, profession ?
Goûts , maladies, passions ?
Diplômes, instruction, obligations ?
Mariage, célibat, séparation ?
Voilà notre relation
Toute imbue de domination
Moi, toi, eux, elles, lui
Tout ce qui est défini
Est le contraire de la vie
Les bons comptes
Ne font pas les bons amis
Les bons comptes
Ne font que des bons comptables
Comme me le disait, d'un ton aimable
Pierre, un jeune copain vendéen
A qui je rends ce bien
Pas de quoi se vexer
C'est la stricte vérité


Patrice Faubert ( 2013 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien (  http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur « hiway.fr »


Pull bobinette
And the latch peg
Tell me how you see me
I'll tell you who you are
Burn or publish
Wrote to me (1941) Alice Debord
By sending me a manuscript
Very bad, and now sleeps
I was actually arsonist
In my writing monomaniac
But in my attic brain
In ancient texts, I knew preserve
And here is the electronic writing
Raising her skirt immodest
Gradually, I deliver to the public
The serenity of never being a classic
At each time
I travel in time
I have ten years, twenty years I have
I'm forty, I am sixty years old
The biggest secret
Is to have no secret
Which ultimately becomes the true secret
I'm not condoning
Poverty
I'm not condoning
Wealth
It is one and the same disposition
There is no opposition but fusion
The largest
Drugs
What is sexual addiction
Basically, the most natural
But there must
Either money
Or time
Which in our market system
Is the same song
The money is the winner
Down and Out makes the loser
Like (born in 1951) Charles Graf, ex-boxer, ex-offender
Champion (1985) heavyweight boxing
And lost his title on a trick
He went to prison, it is cultivated
And physical body through (b. 1951) Peter Book Jünger, who are encouraged
A former terrorist, succeeds, there, where the prison administration failed
Then lost his title unfairly
By honest boxer (b. 1962) Thomas Classen, it was made
The mafia can do nothing
Against the symbolic
Who had a physical reality
And that becomes the historical truth
If we swallow
Food without chewing
Is difficult digestion
This is similar to the imagination
Everything that appears on TV
Everything is imposed on us from outside
And everything dies inside us
The imagination needs an image
That the imagination is a racket
Stimulating the imagination
Is only the imagination of the stimulation
If a document can produce reflection
All fiction impoverished imagination
It is a fast food swallowed
Never really digested quickly forgotten
The read only stirs the imagination
Like doing things without any intermediary
The sexual instinct
Castrated at birth
Otherwise, beautiful or not beautiful
Otherwise, beautiful or not beautiful
Face to face, back to back
In the street, everywhere, sensuality, a fair
Not like deodorants
To blur pheromones
For the sexual act, give alms
And thus make war, nasty, helpless
Our address
This is Planet Earth
Where every woman is our mother
Where every woman is our sister
Where every woman is our daughter
For a man
Where every man
Is our father
Where every man
Is our brother
Where every man
Is our son
For a woman
But we need a global awareness
But it takes a total share
This is the opposite of utopia
Utopia is capitalism
To believe in welfare, this alchemy
In inequality, injustice, fascism
Having a full stomach
When the other an empty stomach
Having the serene look
When the other has faded eyes
All the tears
Accumulated over thousands of years
All sentences
The past that break our hearts
The Earth is a human body
She laughs, she cries, she goes, she comes
Everything is always offset
And it puts us in a cage
Where it is too early
Where it's too late
The concept of ownership misleads us
Then death comes with his scythe
Lucidity is singing
Rhyme, the sensitivity
Alas, often affiliated with morality
The mind that is issued
Suffering and its darkness
A vale of tears, could cross
And remain free from any scratch
Since 1971, the fight against drugs
Is a funny morgue
Trillion
45 million people arrested
Statism drug
The drug of statism
This feeds the carcéralité
For capitalism, it is a market
The lesser larceny
And capitalism is nothing
It produces what makes life
And his righteousness, it delivers
Capitalism is an offender
At any living thing
His police need crime
His army is his firm
It is the capital filming
Always excuses, maxims
Not against the Chinese
But it is the opium
Not against blacks
But it is cocaine
Not against Mexican
But what is marijuana
Social grounds
Who scotomise racial maxim
All attachment is an alienation
The alienation of the attachment
Gender, family, ideas, country
A furniture, region, property, ideology
Have children, to parents, wishes, friends
A memories, projects, money, a home
A hope, despair, hatred, obloquy
Has everything that could be
And our lives was a traitor
This prison
Nobody can get
This prison
For anyone, no future
Me, you, them, them, them
Bad cards, bad part
The human being
To the woman, the man, the child is a bully
Always explain
Define itself, justify
Occupation, age, profession?
Tastes, diseases, passions?
Diplomas, education, obligations?
Marriage, celibacy, separation?
This is our relationship
Imbued all of domination
Me, you, them, them, them
All that is defined
Is the opposite of life
Good accounts
Do not make good friends
Good accounts
Only make good accountants
As I said, a friendly tone
Pierre, a young friend Vendée
Who I give this property
Nothing to offend
This is the absolute truth

Patrice Faubert (2013) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/) Pat said the guest on "hiway.fr"