portland independent media center  
images audio video
newswire article creative global

gender & sexuality

Révolution sexuelle, Wilhelm Reich, sexpol

La liberté d'expression n'est pas l'expression libérée...
Avoir un gros cerveau
N'est pas le décisif
Dans l'avantage sélectif
Pas si différent du veau
Mais l'homme sait courir longtemps
Mais l'homme sait marcher longtemps
C'est le grand maître de l'endurance
Courir, marcher, il sait faire
Comme aucun autre animal
Ne peut le faire
Certes, en sprint, il est surclassé
Et même largement ridiculisé
Par Acinonyx jubatus, le guépard familier
Dont la vitesse peut atteindre
110 km / heure, mais sur une courte unité
De temps, qui finit vite par se dissiper
Si l'homme est toujours
Le dominant de toutes les espèces
Cela n'est pas grâce à sa vitesse
Mais seulement par sa prodigieuse endurance
Qui lui permit d'échapper
A ses prédateurs, avec prestesse
Pour dans les arbres, grimper
Ce sont ses jambes qui l'ont sauvé
Moins que son cerveau, le rescapé
A une époque pas si lointaine
Le manuel de feu le docteur Samuel Auguste Tissot
Professait que la masturbation rendait sot
Sourd, illettré, idiot, crétin
Et en Angleterre, ce pays, alors pas malin
L'on excisait la petite fille, qui la pratiquait
L'on punissait le petit garçon, qui la pratiquait
Divers instruments de torture
Se trouvaient alors, pour cet effet
A la sexualité, la morale menait la vie dure
Non, cela n'est pas qu'en Afrique
Puisque l'on mutile le prépuce
Des bambins, dans les pays à fric
C'est même pratique courante en Amérique
Encore en 2012, c'est un tic!
Comme ailleurs, rien n'est libre, en sexualité
Tout y est absolument codifié
Et pour assouvir ses fantaisies sexuelles
Pour les riches, il existe des endroits spécialisés
Avec des femmes expertes dans l'art de sexualité
Et qui sont de fort belles femelles
Feu le pornocrate et fameux acteur, Michel Simon
L'avait bien compris, sans hausser le ton
Aussi, quand les femmes
Feront le premier pas
Dans la démarche sensuelle
Alors, sera la révolution sexuelle
Et plus aucune prostitution
D'autant plus facile, avec la contraception
A la maison close, des diverses bourgeoisies
Nous voulons le sexpol, de l'anarchie
Des lieux de rencontres sexuelles
Uniquement pour ceux et celles
Qui aiment les choses du sexe
En toute gratuité, où personne ne se vexe
Selon les adresses
Selon les envies
Où la seule monnaie
De midi à minuit
Est celle de sa fantaisie
Libertaire, s'il vous plaît
Mais la femme qui est dressée
Le plus souvent comme l'homme
Ne doit pas vouloir lui ressembler
Elle doit s' en décoloniser
Pour ne pas devenir une femme d'affaire
Pour ne pas devenir une femme de guerre
Et même la femme ménopausée
L'est plus dans sa tête
Que dans son corps usé
Et son clitoris, est toujours en fête!
Feu Wilhelm Reich, avec son sexpol
Ne voulait pas la sexualité folle
Mais une poésie de la jouissance
En certains lieux, y faire connaissance
Pour en somme, l'agressivité détournée
Par une économie libidinale maîtrisée
Il faut des maisons des jeunes, et du sexe
Car la culture a un sexe
Qui est le sexe de la culture
Patriarcal, machiste, phallocrate
Les tabous emprisonnent l'expression
La liberté d'expression des tabous
N'est pas l'expression libérée des tabous
La liberté d'expression d'une époque
N'est pas l'expression libérée d'une époque
La liberté d'expression des conditionnements
N'est pas l'expression libérée des conditionnements
La liberté d'expression des dominances
N'est pas l'expression libérée des dominances
La liberté d'expression des sexualités
N'est pas l'expression libérée des sexualités
La liberté d'expression des préjugés
Des lieux communs, des jugements de valeur
Est restreinte, c'est toujours la même heure
L'expression libérée des préjugés
Des lieux communs, des jugements de valeur
Est infinie, c'est jamais la même heure
Et nonobstant, avec deux rapports sexuels
Par semaine, de moyenne, en vie de couple
Et à peu près partout, dans le monde
Quand un peu, l'on sonde
C'est pas terrible, sur ce monde
Et trop souvent, hélas
C'est pour avoir des gosses
Car les humains sont des rosses
Parfois, quand il n'y a plus rien à faire
Cela revient sur le tapis
Par ennui, plus que par envie
Par esseulement, plus que par alchimie
Autrement, certes, l'on peut occuper sa vie
Si occupée, que la sexualité vient, quand tout est fini
Le travail salarié, répétitif et donc aliénant
Est son bromure le plus voyant




Patrice Faubert (2012) pouète, peuète, puète, paraphysicien, Pat dit l'invité sur "hiway.fr"



Have a big brain
Is not the decisive
In the selective advantage
Not so different from calf
But the man knows how to run long
But man can walk long
This is the great master of endurance
Running, walking, he knows how
Like any other animal
Can do
Admittedly, sprint, it is outperformed
Widely ridiculed and even
By Acinonyx jubatus, cheetah familiar
Whose speed can reach
110 km / hour, but a short drive
Time, which eventually dissipate quickly
If man is still
The dominant species of all
This is not due to its speed
But only by his prodigious endurance
Which enabled him to escape
A predators, with quickness
For the trees, climbing
These are his legs who saved
Unless his brain, the survivor
At a time not so long ago
The manual of the late Dr. Samuel Auguste Tissot
Taught that masturbation made fool
Deaf, illiterate, idiot, moron
England and this country, then no evil
It excisait the little girl, who practiced
It punished the boy, who practiced
Various instruments of torture
Were then, for this purpose
A sexuality, morality led a hard life
No, it is not in Africa
Since we mutilate the foreskin
Toddlers, in countries with money
It is even common practice in America
Again in 2012, this is a tic!
As elsewhere, nothing is free, sexuality
Everything is absolutely codified
And to satisfy his sexual fantasies
For the rich, there are special places
With women experts in the art of sex
Which are very beautiful female
Pornocrate late and famous actor Michel Simon
Had understood, without raising your
Also, when women
Will be the first step
In the sensual approach
So will the sexual revolution
And no more prostitution
Especially easy with contraception
At the brothel, various bourgeoisies
We want Sexpol, anarchy
Places of sexual encounters
Only for those
That things like sex
In any gratuity, where nobody upset
According addresses
According to the desires
Where the only currency
From 12:00 to 0:00
Is that his fancy
Libertarian, please
But the woman who is drawn
Most often as the man
Should not try to be like him
It is s' decolonize
Not to become a businesswoman
Not to become a woman of war
And even menopausal women
The head is in its
In his body worn
And her clit is always fun!
Fire Wilhelm Reich, with its Sexpol
Did not want crazy sex
But the enjoyment of poetry
In some places, there to know
To sum, aggression diverted
Controlled by a libidinal economy
We need youth centers, and sex
Because culture has a sex
Is sex culture
Patriarchal, macho, male chauvinist
Taboos trap expression
Freedom of expression taboos
Expression is not free of taboos
Freedom of expression of an era
Is not the expression of a time released
Freedom of expression of conditionings
Is not released term packaging
Freedom of expression of dominance
Expression is not free of dominance
Freedom of expression of sexuality
Is not released term sexualities
Freedom of expression of prejudice
Commonplace, value judgments
Is limited, it is always the same time
The expression of prejudice released
Commonplace, value judgments
Is infinite, it is never the same time
And notwithstanding with two sex
Per week, on average, in married life
And almost everywhere in the world
When a little one probe
It's not terrible in this world
And too often, alas
It's for kids
Because humans are nags
Sometimes when there is nothing more to do
This comes up
Boredom, rather than by desire
By loneliness rather than by alchemy
That, of course, can take his life
So busy that sexuality comes when everything is finished
Wage labor, repetitive and thus alienating
The bromide is the most visible




Patrice Faubert (2012) pouète, peuète, puète, paraphysicien, Pat said the guest on "hiway.fr"