portland independent media center  
images audio video
newswire article creative global

economic justice

Rien n ' est libre

Domination de la liberté ou liberté de la domination ?
" A Annie Le Brun Paris , 4 Octobre1989

Chère Annie Le Brun ,

Je suis heureux de savoir que mon histoire véritable vous plaît . Les poètes sont les seuls bons critiques , on l ' a toujours vérifié . Et pour ma part je peux vous assurer que , ravi du premier , je m ' abstiendrai d ' en considérer , après vous un seul autre . "

Guy Debord 1931 - 1994 , " Correspondance volume 7 , Janvier 1988 - Novembre 1994 "


Il y a des magasins pour pauvres et des magasins pour riches . Mais , il n ' est point marqué sur les magasins , " Pour les riches " et sur d ' autres " Pour les pauvres " , ce qui serait déjà admettre implicitement que la société spectaculaire marchande techno - industrielle , est divisée en classes .
De même , il y a une fabrication d ' objets pour les pauvres et une fabrication d ' objets pour les riches . Les magasins d ' objets pour pauvres sont dans les quartiers habités par des pauvres , et les magasins d ' objets pour les riches sont dans les quartiers habités par les riches .
Dans les quartiers riches , les jeunes femmes sont le plus souvent grandes , se tiennent bien droites , sont bien habillées , bien nourries , elles fréquentent les meilleures écoles , et elles sont conditionnées pour être de futures dominantes . Ce qui est valable pour les jeunes femmes des quartiers riches , est bien sûr tout aussi valable pour les jeunes hommes riches des quartiers riches .


Il y a certaines femmes qui sont réservées pour des classes bourgeoises très riches . Ce sont des femmes engrammées , élevées dans les hautes bourgeoisies , et que l ' on réserve pour les ministres , des vedettes spectaculaires , des sportifs célèbres et riches , des truands proches des politiques et des médiatiques , ect ...
Les autres femmes des classes défavorisées , des bourgeoisies pauvres , issues des quartiers pauvres , ou même très pauvres , ne pourront espérer au mieux , ne se marier ou concubiner qu ' avec un cadre supérieur ou un cadre moyen .
Le plus souvent , elles ne se marieront ou ne concubineront qu ' avec des ouvriers ou des employés .
Et puis la misère , donc les soucis d ' argent et de santé , cela n ' embellit ni le corps ni l ' esprit .
A défaut d ' embellir vraiment l ' esprit , la richesse peut aider à conserver un corps en bon état de fonctionnement ( pas toujours ... ) .


" La révolution française constitue , avec les révolutions anglaises du 17 ème siècle , le couronnement d ' une longue évolution économique et sociale qui a rendu la bourgeoisie maîtresse du monde . "


Albert Soboul ( 1914 - 1982 ) , " Les sans - culottes " , Editions du seuil


La misère engendre l ' alcoolisme , la toxicomanie , la solitude sexuelle et affective , la violence physique , ect ...
La façon de vivre est le plus souvent liée au contenu du portefeuille . Chaque catégorie salariale est un marché . Chaque marché est une catégorie salariale .
Rien n ' est libre . Nous sommes des automates parfaitement conditionnés , rangés , triés , parfaitement inconscients et inconscientes , d ' être conditionnés / conditionnées , rangés / rangées .
Nous voulons ignorer que nous sommes entièrement manipulés / manipulées par la société spectaculaire marchande techno - industrielle . Lorsque l ' on se promène dans des quartiers des bourgeoisies riches de la bourgeoisie , l ' on se rend compte , que la misère de l ' inhumanité , la cruauté , l ' indifférence , la dureté , peuvent se lire sur le visage des gens qui habitent ces quartiers réservés à différents types de la bourgeoisie des bourgeoisies ...
et l ' on peut lire sur leurs visages , tout ce qu ' il leur a fallu faire ...


Et que faut - il faire pour devenir riche ? Tout visage est un livre avec son histoire à qui sait le lire ...
Et que faut - il faire pour s ' élever dans une hiérarchie ? et que faut - il faire pour devenir connu ? il faut renoncer à son humanité , il faut écraser les autres , leur cracher dessus , les mépriser , ne leur accorder aucune importance !
Et tous les gens connus , ( spectaculairement parlant ) , sauf exception rare , tous ces gens que nous admirons tant , sont ainsi , sans la moindre humanité . Ce sont des monstres , et nous admirons des monstres sans aucune humanité .
Alors que dans les quartiers pauvres , des bourgeoisies de la bourgeoisie , les visages des gens sont plus avenants , mais paradoxalement , plus souffrants aussi ...
L ' on sent que tout est urgence , c ' est la panique de la pauvreté , ( je suis un pauvre , je connais bien ce mécanisme ) , et souvent des pauvres prêtent de l ' argent à d ' autres pauvres ...


" Qui est - ce qui a choisi ? Je le demande . Personne n ' a choisi , puisque nous sommes tous d ' abord des enfants . Personne n ' a choisi , mais tous ont fait d ' abord ; ainsi les vocations résultent de la nature et des circonstances . "


Emile - Auguste Chartier dit Alain ( 1868 - 1951 ) , " Propos sur le bonheur " , Editions Gallimard , 1928


Pour que ces pauvres puissent manger , acheter une paire de chaussures qui ne vaut rien , ect ... et le pauvre étant pauvre ne pourra jamais ou rarement récupérer son argent , d ' où des histoires à n ' en plus finir ...
Mais les indigents / indigentes ont encore ( le plus souvent ) , une générosité du coeur , que les riches n ' ont pas et ne peuvent plus avoir . Car la richesse d ' argent ne rend pas généreux contrairement à la richesse d ' esprit .
L ' esprit de pauvreté peut faire beaucoup de choses , apprécier qu ' il a , et cela immédiatement . Et ce qu ' il n ' a pas , n ' a plus aucune importance .
C ' est l ' idée que l ' on se fait du manque qui est le manque , plus que le manque lui - même . Ainsi , l ' on peut me reprocher de n ' être pas compréhensible par les ouvriers / ouvrières , mais prenez - vous donc les ouvriers et ouvrières pour des imbéciles ? où l ' ouvriérisme ne va t - il se nicher , n ' est - ce pas ?
Nous sommes empuantis / empuanties par les clichés sans signification réelle .


Je dois rappeler qu ' en ex - URSS , quand ce pays fit du jeu d ' échecs , une affaire de l ' Etat , et où l ' on rendit ce jeu quasi obligatoire dans les usines , afin d ' y organiser des tournois entre ouvriers , ceci pour pouvoir y déceler ainsi les futurs champions du jeu d ' échecs ... ces champions ouvriers du jeu d ' échecs devinrent par la suite , pour certains d ' entre eux , les champions du monde incontestés du jeu d ' échecs ...
Et la suprématie échiquéenne de l ' ex - URSS dura longtemps , comme tout le monde le sait ... alors vos stupidités avec les histoires d ' ouvriers qui ne seraient pas capables de lire certains textes , articles , livres , revues , ect ... cela n ' a rien à voir avec cela !
et l ' on pourrait me reprocher tout aussi bien , d ' être justement trop primaire , trop simpliste , pour être compris aussi . N ' est - ce pas ?
Donc , il suffit , passons ... nous avons des clichés de facilité , pour tout , et en tout . C ' est un manichéisme réducteur , qui nous permet de ne pas trop réfléchir .
Tout cliché est appauvrissant , réducteur , partiel et partial .


" Et je me dis : " Comment les survivants qui furent témoins des massacres , ont - ils la force de ne pas saisir la première pierre venue pour nous la planter dans le crâne ? Par quel miracle sont - ils capables de résister à cette pulsion . "


Pierre Grosdemange dit Pierre Pelot , né en 1945 , " Nos armes sont de miel " , Editions J ' ai Lu , 1982


Une éducation de guerre des classes à longtemps et toujours , fait croire à la classe ouvrière , que la culture n ' était pas pour elle . Ainsi , certains ouvrages lui semblent hors de sa compréhension ... aussi la classe ouvrière complexée par une éducation excluante , se dit en compulsant un livre un peu ardu , oh ! cela n ' est pas pour moi ...
Et pourquoi donc ? je vous le demande ! à force de prendre les gens pour des andouilles , les gens finissent vraiment par le devenir .
C ' est aussi pourquoi toute tyrannie infantilise ses sujets , de sorte que ses gens se croient plus réellement ignorants / ignorantes qu ' ils / elles ne sont vraiment .
Ainsi toute profession nous renvoie à un cliché . Ainsi toute étiquette politique nous renvoie à un cliché . Un menuisier n ' est plus que menuisier . Un peintre n ' est plus que peintre . Un maçon n ' est plus que maçon . Un fasciste n ' est plus que fasciste . Un anarchiste n ' est plus qu ' anarchiste . Un stalinien n ' est plus que stalinien , ect ... ect ...
Nous ne mettrons pas à terre la société de tous / toutes , contre tous et toutes , de cette façon


Nous ne mettrons pas à néant , la société spectaculaire marchande techno - industrielle , sans réfléchir à toutes ces interrogations , aussi banales qu ' elles sont fondamentales .
Toute étiquette étant réductrice et mutilante devra disparaître ! et ce dans tous les domaines
Ne comprenons - nous pas que la critique de la critique devra elle - même être critiquée , si nous voulons vraiment l ' édification d ' une autre société , qu ' elle s ' appelle libertaire ou tartempion ...
Nous parlons d ' une critique constructive , donc véritable , pour vivre bien , et non d ' une critique névrotique ou psychotique , d ' une fausse critique preneuse de tête ! même si la critique véritable se mérite ... mais soyons bons princes !
De même , dès que vous écrivez un texte un peu travaillé , des crétins et des crétines vous traitent de pédant ou de pédante ... et dans la pédanterie , ils / elles sont souvent dans l ' expertise . Mais qu ' importe l ' avis des imbéciles !
Bref , nous n ' aimons que les vérités qui nous arrangent .


" A Floriana Lebovici Lundi 23 Mai 1988

Chère Floriana ,

J ' estime vraies les thèses de Groddeck en général ; et dans ce cas d ' une manière éclatante ; nos maladies sont nos peines . Il devient difficile de supporter très longtemps , avec le deuil , la haine universelle , quand elle se montre constamment grandiose sur l ' ensemble et démentiellement mesquine dans le détail . "


Guy Debord (1931 - 1994 ) , " Correspondance , volume 7 , Janvier 1988 - Novembre 1994 "


Nous détestons les vérités qui nous dérangent . Le monde est un livre ouvert , il suffit de savoir le lire !
Tout y est si aisément compréhensible ! rien , absolument rien , n ' y est libre . Tout y est entièrement déterminé , même et surtout la forme de nos têtes , belles ou affreuses ... vides ou remplies . Et quand on l ' a bien compris , cela apparaît terrifiant , dans un premier temps , et apaisant dans un second temps . Changeons nos moteurs de voiture , changeons nos différents déterminismes , et nos bagnoles prendront relativement vite une autre direction .
Il faudrait s ' intéresser à tout , même si tout est loin d ' être intéressant .
Si les gens veulent s ' élever dans une structure hiérarchique de dominance , fut - elle " anarchiste " , c ' est pour être admirés / admirées , flattés / flattées , reconnus / reconnues , ect ... et ainsi ils / elles auront toujours une cour pour leur lécher les pieds , même s ' ils / elles disent des insanités ... les jaloux et jalouses , quelle calamité !
personne n ' est pourtant jalousable , c ' est tellement évident , bref ...


Mes ennemis / ennemies me reprochent de n ' être qu ' une plume , les mêmes me reprochaient de n ' être que manifestation ...ah ! la bêtise !
L ' on pourrait écrire un livre humoristique sur le commérage en milieu militant ... et si les militants / militantes étaient le contraire des révolutionnaires ?
Vous pourriez tout aussi bien vous casser la figure ( ce qui ferait rire la police ) , entre groupuscules rivaux , mais cela changerait quoi ? c ' est certain , il vaut mieux s ' ignorer ... l ' éloge de la fuite !
Regardez comme nous sommes admiratifs devant les gens connus , devant les dominants / dominantes , donc ! inconnus / inconnues , vous ne les verriez même pas . Vous les prendriez pour des moins que rien ... n ' est - ce pas ? c ' est assez lamentable .
J ' ai écrit un article " Le pire est à venir " dans lequel je laisse entrevoir , que nous ne sommes que dans le centre du pire ... C ' est par exemple la réforme de la retraite , si chèrement acquise ...


" Nous n ' avons comme gouvernement que le principe de l ' association libre . Nous n ' avons pas d ' Etats , pas de nations , pas de présidents , pas de dirigeants , pas de chefs , pas de généraux , pas de patrons , pas de banquiers , pas de seigneurs , pas de salaires , pas d ' aumônes , pas de police , pas de soldats , pas de guerre . Et nous avons peu d ' autres choses . Nous partageons , nous ne possédons pas . "


Ursula Kroeber Le Guin ( née en 1929 ) " Les dépossédés " , science - fiction , Editions Robert Laffont , 1975


Et pourtant , si cette réforme fasciste libérale passe , cela ouvrira la porte à d ' autres réformes , encore plus scandaleuses . Et il pourrait y avoir encore pire que le gouvernement fasciste libéral en place . Soit une droite sociale osant s ' appeler gauche , et qui poursuivra le démantèlement des rares acquis sociaux , tout en se gardant d ' aller au - delà , soit toujours une droite de la droite , pour sauver le soldat spectaculaire marchand techno - industriel .
Et quelles sont nos forces , à nous autres les libertaires , pour s ' opposer à ce rouleau compresseur ? que personne ne semble d ' ailleurs plus véritablement contester ?
Et puis comme partout , il y a de terribles divisions , de terribles inimitiés , dans le mouvement anarchiste ou révolutionnaire , organisé ou pas . Les libertaires sont bien souvent en concurrence , entre eux / elles . Les libertaires , sont en recherche de dominance , comme partout , C ' est assez attristant , mais c ' est ainsi . Le monde devient irrespirable , tant la haine est répandue partout . Tout le monde veut être chef . Tout le monde veut être artiste . Tout le monde veut être connu . Tout le monde prend tout le monde pour des abrutis .


Toutle monde méprise tout le monde . Tout le monde se prend pour le nec plus ultra . Et je dis bien , tout le monde . Et bien , quel pauvre monde , que celui - là !
Y ' a plus que des bourgeois / bourgeoises , des chefs / cheffesses , des artistes , des gens connus ou qui veulent le devenir , et il n ' y a plus aucun humain ... la planète Terre n ' est plus habitée .
Le saviez - vous ? le savions - nous ?
Faut écrire maintenant à la dynamite .
Maintenant , tout le monde peint , écrit , tout le monde en inhibition de l ' action , rien de nouveau sous le soleil , depuis que le monde est monde .
Nous ne faisons que répéter , reproduire , singer , et ce , sans même le savoir . Sans savoir que cela s ' est fait avant nous et ce depuis longtemps , parfois... nous ne faisons que réactualiser ! je le vois dans les manifestations , où ce sont quelquefois les mêmes slogans qu ' il y a une quarantaine d ' années , voir plus ...


" Il tient une bouteille à la main ... un litre , trois quarts d ' essence ... un quart d ' acide sulfurique ... une étiquette enduite de chlorate de potasse ! ça s ' enflamme lorsque la bouteille se brise sur la tourelle du blindé . Il suffit donc d ' être assez rapproché , d ' un premier étage par exemple , pour qu ' un homme seul puisse mettre hors de combat un Tigre , une panthère . "


Alphonse Boudard ( 1925 - 2000 ) " Les combattants du petit bonheur " Ed : Folio /1979


C ' est comme les petits jeunes ( pas tous ) , dans les manifestations , qui veulent nous apprendre à nous les vieux et vieilles anarchistes , comment se joue la musique de l ' anarchie ... y ' a plus de respect , y ' a plus de bon sens . Quand j ' étais jeune , j ' étais tout content de fréquenter de vieux / vieilles anarchistes ou révolutionnaires , et je ne me serais pas permis de leur donner des leçons d ' anarchie ou autre .
A une époque , je manifestais plusieurs fois par semaine à Paris , alors circulez , merci !
Enfin là , je parle des vrais libertaires , en dehors des organisations sclérosées , le plus souvent , par des vieux cons ou vieilles connes !
Comme le chantait si bien feu Georges Brassens ( 1921 - 1981 ) , pour la connerie , le temps ne fait rien à l ' affaire .
Des manifestations , des réunions , des grèves , des blocages , la réunionite , j ' ai tout fait dans ma vie , alors un peu de respect , merci ... ou à défaut , gardez vos leçons de rien du tout , pour d ' autres , moins lotis que moi !


Et dans les manifestations , j ' y vais encore , quand je le peux , car je suis un nomade , je suis un gitan d ' esprit , malgré le fait qu ' il me faille supporter tout un tas de fâcheux et de fâcheuses . Par contre , dès qu ' un dominant ou une dominante , donc une notabilité " libertaire " vous apparaît , alors là , comme ceux et celles que vous critiquez par ailleurs , vous faîtes les beaux et les belles , comme des toutous , devant leurs maîtres ou maîtresses .
La preuve , c ' est que vous les invitez pour parler de ceci ou de cela ...
Pour ma part , je suis un " dominé " , comme la plupart des révoltés / révoltées , les dominants / dominantes n ' ayant aucune raison de se révolter , et je suis finalement content de l ' être , car quand je vois vos dominants et vos dominantes , cela ne me donne pas envie de le devenir ...
Comme l ' avait évoqué un article anonyme " La grève infinie " , il faudrait faire grève pour tout, grève de la procréation pour les femmes , grève éternellement reconductible , toute pensée révocable à tout moment , tout repensé à tout instant ...


Recevez mon salut libertaire paraphysicien non encarté . Patrice Faubert dit Pat l ' invité www.hiway.fr LIENS :  http://hiway.fr et  http://www.hiway.fr//Pages/InviT10.html